Серия обучающих историй — Conte-moi

Conte-moi — это проект по сбору и продвижению устного наследия франкофонов. За последние годы проект обогащается новыми историями из новых стран…

В проект входят небольшие истории в форме анимационных фильмов, и учебные задания к ним, предназначенные для учителей, преподающих французский язык иностранцам (FLE) детям в возрасте от 6 до 12 лет на начальном уровне (A1-A2). Они простые и увлекательные, ими могут пользоваться не только преподаватели, но и родители, обучающие своих детей!
Задания, были разработаны для того, чтобы лучше понять французскую культуру, и изучать французский язык веселясь.
С их помощью, детям открываются секреты создания сказок, будят их воображение и возбуждают любопытство.
Для каждой истории предлагается набор из 3 учебных листов:

  1. текст рассказа + перевод
  2. лист учителя, в котором подробно изложены цели, темы, задания, предложения, рекомендации, и исправления.
  3. лист ученика, чтобы дети могли отвечать на вопросы, рисовать, вырезать, вставлять …

Предлагаю вам посмотреть пять историй, пять народных сказок франкоязычных стран:

1. La princesse orgueilleuse

Un roi désespéré, des courtisans aux multiples cadeaux, un lépreux astucieux. Qui réussira à faire parler la princesse?
Comprendre la structure d’un conte et raconter une histoir.
D’après la tradition orale du Mali

La princesse orgueilleuse
D’après la tradition orale du Mali

Un roi voulait marier sa fille, mais celle-ci ne trouvait aucun prétendant à son goût.
Les hommes les plus beaux, les plus riches, les plus nobles, les plus valeureux faisaient en vain leur cour. En vain, ils déposaient fleurs et cadeaux à ses pieds, qu’elle avait menus et fins, reconnaissons-le, et c’était soudain en les regardant comme si le reste du monde n’était peuplé que de palmipèdes.
Elle contemplait dans les yeux des hommes sa beauté hautaine et implacable. Une telle perfection n’est pas de ce monde, pensait-elle. Qui sont-ils tous pour se prétendre dignes de moi ?
Par orgueil, elle se mura dans le silence et ne prononça bientôt plus un mot. Était-elle devenue muette ?
Le roi au désespoir promit d’accorder sa main à celui qui saurait dissiper ce funeste sortilège et lui rendre la parole.
Mais les multiples tentatives de ses courtisans échouèrent les unes après les autres. Ni les sacrifices ni les prières ne lui firent desserrer les lèvres.
Un jour, un lépreux se présenta devant la princesse. Il était vêtu de haillons comme si son habit aussi avait contracté le mal hideux qui le dépouillait.
Tout le monde alentour se mit à rire et se moquer.
— Comment ! Les hommes les plus beaux du pays, les plus riches, les plus nobles, les plus valeureux n’ont su réjouir son cœur et lui rendre la parole, et toi, chien galeux, lépreux immonde, « guenillard », tu prétends y parvenir !
La fille du roi elle-même sembla se rembrunir davantage, mais le lépreux ne dit rien. Il accorda à peine un regard à la princesse.
Il s’assit sur ses talons et commença à dresser un petit feu pour faire bouillir l’eau de son thé. Il ne mit que deux pierres dans le foyer si bien que la théière mal assurée se renversa sur le sable. Il l’emplit d’eau à nouveau, à nouveau il la posa sur les deux pierres, à nouveau elle se renversa. Patiemment, il recommença, deux fois, trois fois encore et deux fois, trois fois encore la théière se renversa.
À la cinquième tentative, la princesse excédée s’écria :
— Mets donc une troisième pierre dans ton feu pour assurer l’équilibre !

Et c’est ainsi qu’une très orgueilleuse princesse épousa un lépreux.

Гордая принцесса
Малийская народная сказка.

Король хотел выдать свою дочь замуж, но она не нашла претендента на свой вкус.Самые красивые люди, самые богатые, самые благородные, самые доблестные, тщетно пытались расположить к себе принцессу. Напрасно они возлагали цветы и подарки к её маленьким и прекрасным ногам. Она вдруг посмотрела на весь остальной мир так, как будто он был населён только водоплавающими.Она созерцала в глазах мужчин свою красоту, надменную и безжалостную. Такое совершенство не с этого мира, подумала она. Кто они все, чтобы претендовать на то, чтобы быть достойными меня?
Из гордости она молчала и вскоре больше не говорила. Неужели она стала немой?
Король от отчаяния, пообещал отдать её руку тому, кто сможет рассеять эти зловещие чары, и заставит принцессу заговорить.
Но все попытки его придворных потерпели неудачу, один за другим. Ни жертвы, ни молитвы не заставили её разомкнуть свои губы.
Однажды перед принцессой появился прокаженный. Он был одет в лохмотья, его одеяние быто отвратительным до безобразия.
Все вокруг рассмеялись.
— Как! Самые красивые мужчины в стране, самые богатые, самые благородные, самый доблестные, не могут завоевать сердце принцессы, и заставить её заговорить, а ты, паршивый пёс, грязный прокаженный, ты претендуешь на неё!
Дочь короля казалась помрачнела, но прокаженный ничего не сказал. Он едва взглянул на принцессу.
Прокажённый сел на свои пятки и начал разводить маленький огонь, чтобы вскипятить воду для чая. Он положил только два камня в очаг, поставил на них чайник, но тот опрокинулся. Он снова налил в него воды, снова поставил на два камня, чайник снова опрокинулся. Он продолжал снова, дважды, трижды, еще три раза чайник переворачивался.
На пятой попытке раздраженная принцесса воскликнула:
— Положите третий камень в свой очаг, чтобы обеспечить баланс!

Вот так вот очень гордая принцесса вышла замуж за прокаженного.

Parcours pédagogique 


Contenu : Une princesse silencieuse, un roi désespéré, des courtisans aux multiples cadeaux, un lépreux astucieux. Qui réussira à faire parler la princesse ?
Comprendre la structure d’un conte et raconter une histoire.
Thèmes : Amour et séduction, contes
Niveau : A2
Public : enfants et pré-adolescents (6-12 ans)
Liste des activités


Il était une fois (mise en route)

  • Décrire des images.
  • Faire des hypothèses sur les personnages et le lieu d’une histoire.

Raconte-moi une histoire (compréhension globale)

  • Reconstituer un conte.
  • Raconter une histoire.

Au bout du conte (compréhension détaillée)

  • Comprendre l’histoire de manière détaillée.

Au pays des contes (caractéristiques des contes)

  • Retrouver les grandes étapes du conte.
  • Comparer des contes.

À moi de conter ! (production écrite ou orale)

  • Créer un nouveau conte.

Il était une fois


Veiller à imprimer les trois pages de la fiche apprenant sur des feuilles séparées et non en recto-verso pour qu’ils puissent découper les images et textes des activités associées.
Distribuer aux apprenants l’activité 1 ou projeter la fiche matériel au tableau. Si la fiche est distribuée, demander aux apprenants de découper les images. Elles peuvent être observées dans n’importe quel ordre.
Décrivez les images à l’oral. Selon vous, qui sont les personnages ? Que font-ils ? Où se déroule l’histoire ?
Aider les apprenants à formuler leurs idées en leur donnant au fur et à mesure le vocabulaire nécessaire pour favoriser la compréhension du conte (une princesse, un lépreux, un trône, un roi, un château, un cadeau, un prince, se marier, parler, se taire, se moquer, s’énerver…). Solliciter l’aide de chacun pour construire des phrases de manière collective.
Dans cette activité, il ne s’agit pas de reconstituer la véritable histoire du conte mais seulement de décrire, d’imaginer ce qu’il se passe sur les images et d’établir des liens entre les images. Si celles-ci sont imprimées en couleur, inviter les apprenants à décrire les différentes couleurs des paysages, des objets, des vêtements des personnages, etc.
Pistes de correction / Corrigés :
Exemples de description d’images :

  • Image A : Un homme est assis. Il dépose une théière sur du feu et deux pierres. Il porte un long manteau.
  • Image B : Un petit homme et une femme se tiennent par la main. La femme a des vêtements de différentes couleurs. Le petit homme porte un collier.
  • Image D : Un homme rit. Un bijou décore sa tête. L’image ne montre pas son corps mais seulement son visage.
  • Image H : Une femme est assise sur un grand fauteuil. Elle regarde un homme. L’homme marche avec un bâton et porte un sac.

Exemples d’hypothèses faites à partir des images : Un homme et une femme sont dans un château. Ils attendent peut-être quelqu’un. La femme est triste, le petit homme a l’air d’être son mari, il est peut-être mort. Des hommes lui apportent des cadeaux pour la consoler. L’histoire se déroule peut-être en Afrique. L’histoire se déroule peut-être dans un pays d’Afrique.

Raconte-moi une histoire


Si cela n’a pas été fait lors de l’activité précédente, distribuer la première page de la fiche apprenant et demander aux enfants de découper les images. Expliquer qu’ils vont regarder l’histoire d’où viennent ces images.
Regardez le conte puis, par deux, remettez les images dans l’ordre pour reconstituer l’histoire.
Les apprenants peuvent présenter différentes possibilités de classement des images selon les détails qu’ils souhaitent mettre en avant. Certaines images (le château, la princesse, le roi) figurent en effet à plusieurs endroits du conte. Une fois l’activité terminée, une mise en commun avec l’ensemble des apprenants permet de les faire interagir et de confronter les différentes propositions de classement pour mettre en évidence leur compréhension des étapes du conte.

Pistes de correction / Corrigés :
Proposition de classement des images : images G, C, E, F, H, D, A, B.

Cette activité sert également à vérifier la bonne compréhension du conte.
Que se passe-t-il dans ce conte ? Avez-vous repéré des personnages ? Que font-ils ? Selon vous, dans quel pays se déroule cette histoire ? Comment le devinez-vous ?
Inviter les apprenants à exprimer spontanément leurs idées, qu’il s’agisse de phrases complètes ou de mots isolés, d’affirmations ou de questions. Ce temps d’échange leur permet d’émettre différentes propositions, de s’entraider pour élucider d’éventuelles incompréhensions et reconstituer l’histoire.
Certains mots cités dans le conte sont complexes mais ils n’empêchent pas sa bonne compréhension.

Pistes de correction / Corrigés :
Ce conte vient d’un pays d’Afrique, le Mali. On le devine grâce à la couleur de peau des personnages, à leurs vêtements (colorés, longs, larges, sous forme de tuniques), aux coiffures de la princesse et aux décorations de son trône. On voit plusieurs personnages : un roi, une princesse, des prétendants, un lépreux. La princesse décide de ne plus parler. Son père, le roi, promet de la marier à celui qui la fera parler. Les prétendants lui apportent des cadeaux mais la princesse reste silencieuse. Le lépreux réussit à faire parler la princesse grâce à une ruse. Il se marie donc avec elle.

Au bout du conte


Faites l’activité : regardez de nouveau le conte et répondez à chaque question en entourant le numéro des bonnes images.
Distribuer l’activité 2. Faire lire à voix haute une question par apprenant. S’assurer que les énoncés sont compris par tous.
Visionner le conte avec les apprenants en faisant cette fois-ci des arrêts sur image si nécessaire.
Une fois l’activité terminée, procéder à une mise en commun avec l’ensemble du groupe pour permettre aux apprenants de se corriger mutuellement et de développer une meilleure compréhension des détails de l’histoire.

Pistes de correction / Corrigés :
« Quels cadeaux reçoit la princesse ? » : Les réponses correctes sont les images 1 et 3. On entend et on voit que la princesse reçoit plusieurs cadeaux (un papillon, un sac d’épices, des fleurs, des bijoux). L’image 2 correspond à la théière du lépreux.
« Qui décide de ne plus parler ? » : La réponse correcte est l’image 2. C’est la princesse qui décide de ne plus parler, et non le roi ou le lépreux.
« Qui se moque du lépreux ? » : Les réponses correctes sont les images 2 et 3. Tous se moquent du lépreux. Seule la princesse reste silencieuse.
« Qui réussit à faire parler la princesse ? » : La réponse correcte est l’image 2. C’est le lépreux qui réussit à faire parler la princesse.
« De quoi se sert le lépreux ? » : Les réponses correctes sont les images 1 et 3. Le lépreux se sert d’une théière, de pierres et du feu.
« Avec qui se marie la princesse ? » : La réponse correcte est l’image 3. La princesse se marie avec le lépreux et non avec ses courtisans.

Au pays des contes


Distribuer l’activité 3 puis faire lire à voix haute par les apprenants les différentes étapes du conte. Expliquer que la plupart des contes sont composés de ces cinq étapes.
Découpez chaque nom d’étape puis, par deux, associez les images à chacune des étapes du conte. Une même image peut faire partie de plusieurs étapes.
Le travail en binômes permet aux apprenants de coopérer pour décrypter ces étapes ensemble. Procéder à la mise en commun avec l’ensemble du groupe puis expliquer aux apprenants que dans la majorité des contes, on peut trouver une morale (un message caché).
Selon vous, quelle est la morale de ce conte ? Quel enseignement peut-on apprendre ?

Pistes de correction / Corrigés :
Un conte est généralement composé d’une situation initiale ou de départ (un roi veut marier sa fille), d’un élément perturbateur qui change l’histoire (la princesse décide de ne plus parler), d’une ou de plusieurs action(s) (les prétendants se présentent les uns après les autres pour essayer de la faire parler mais ils échouent tous), d’une solution qui résout l’histoire (le lépreux réussit à faire parler la princesse), d’une situation finale (la princesse et le lépreux se marient).
La situation de départ : images G et C.
Un élément change l’histoire : image E.
Des aventures, des actions, des épreuves : images F puis C, H et D.
Une solution est trouvée : image A.
La situation de fin : image B.
Proposition de morale : il ne faut pas se fier aux apparences.

Demander aux apprenants de comparer ce conte du Mali avec des contes d’autres pays qu’ils connaissent. Les aider à définir brièvement les grandes caractéristiques des contes qu’ils citent (étapes, personnages, lieux, morale). Un même conte peut avoir différentes sources et subir des variations dans son histoire selon son pays d’origine.
Connaissez-vous d’autres contes ? D’où viennent-ils ? Y a-t-il des points communs et des différences entre ces contes et le conte du Mali que vous venez de découvrir (dans l’histoire, les étapes, les personnages, les lieux, la morale) ?

Pistes de correction / Corrigés :
Exemples de contes : La belle au bois dormant (conte français), Le petit chaperon rouge (conte français), Hansel et Gretel (conte allemand), Ali Baba et les quarante voleurs (conte persan ou arabe), Blanche-Neige (conte allemand), La petite sirène (conte danois), Pierre et le loup (russe).
Exemples de points communs et différences : présence de princesses, de princes, de châteaux et d’animaux, fins heureuses ou malheureuses.

À moi de conter !


Répartir les apprenants en petits groupes de trois ou quatre.
À partir des images découpées, à votre tour d’imaginer un nouveau conte du Mali. Chaque groupe choisit quelques images pour inventer une nouvelle histoire. Vous pouvez ensuite dessiner les étapes manquantes de l’histoire pour créer ce nouveau conte.
Préciser qu’une même image peut être choisie plusieurs fois si nécessaire. Accompagner les apprenants pour que chaque groupe crée une histoire qui comprenne toutes les étapes du conte.
Encourager les apprenants à construire l’histoire ensemble, à se servir de contes qu’ils connaissent déjà et à y piocher les éléments qu’ils souhaitent.
Demander ensuite à chaque groupe de raconter oralement le conte qu’il a dessiné.

Il était une fois
Activité 1 : Découpe les images et décris-les.

Au bout du conte
Activité 2 : Réponds à chaque question en entourant le numéro des bonnes images.

Au pays des contes
Activité 3 : Découpe chaque nom d’étape puis, avec ton voisin ou ta voisine, associe les images à chacune des étapes du conte. Une même image peut faire partie de plusieurs étapes.

2. L’hyène et l’aveugle

Une hyène affamée échange sa vue contre les pouvoirs magiques d’un aveugle. Que va-t-il se passer?
Découvrir un pays à travers un conte.
Connectez-vous pour sélectionner une ressource.

L’hyène et l’aveugle
D’après la tradition orale du Sénégal

L’hyène était là, elle n’avait plus rien à manger. Elle avait si faim qu’elle n’en pouvait plus. Dans les rues du village, chaque fois qu’elle passait, elle voyait un aveugle debout, aux entrées des maisons, disant seulement des formules magiques. Les gens lui donnaient de la nourriture qu’il mettait dans ses sacs jusqu’à ce qu’ils soient pleins à craquer.
L’hyène regardait ces sacs. Partout où elle se rendait, elle était chassée. Elle se mit à regarder cet aveugle, chaque jour, lorsque l’aveugle disait : « Lahi la la ! », on lui donnait de la nourriture, jusqu’à ce que ses sacs soient pleins à craquer. Il rentrait chez lui.
L’hyène dit à l’aveugle : « Hé ! As-tu envie de retrouver la vue ? »
L’aveugle dit : « C’est tout ce que je demande à Dieu le Maître ! »
Elle dit : « Pour ce qui me concerne moi, je veux être aveugle ! »
L’hyène ajouta : « Veux-tu que nous fassions un échange et que tu m’apprennes tes incantations ? »
L’aveugle lui répondit : « Oui, je t’apprendrai les formules magiques, ainsi tu pourras demander l’aumône ! »
L’aveugle lui remit les formules magiques. L’hyène devint aveugle et l’aveugle retrouva la vue. Le premier jour, elle récita les formules magiques et remplit ses sacs avec de la nourriture jusqu’à ce qu’ils soient pleins à ras bord.
L’hyène alla se coucher dans sa case et se mit à parloter. Dès qu’elle commença à sentir la faim, elle accrocha les sacs à ses épaules. Elle arriva à mi-chemin et oublia les formules ! Elle ne connaissait plus les formules magiques, et elle ne pouvait plus savoir qui était l’aveugle.

Alors, elle resta là, bêtement !

Гиена и слепой
Сенегальская народная сказка

Гиена жила там, где ей нечего было больше есть. Она была так голодна, что уже не могла этого терпеть. На улицах деревни, каждый раз, когда она проходила мимо, она видела слепого, стоящего у порогов домов, он произносил свои магические заклинания. Люди давали ему пищу, которую он клал в свои сумки, до тех пор, пока они не были полны.
Гиена засматривалась на эти сумки. Куда бы она ни пошла, ее везде прогоняли. Она каждый день смотрела на этого слепого. Когда он говорил: «Лахи ла-ла!», му давали пищу, пока его сумки не были полны. Потом он возвращался к себе домой.
Гиена сказала слепому: «Эй! Ты хочешь вернуть себе зрение?»
Слепой ответил: «Это всё, что я прошу у Бога-Учителя!»
Она сказала: «Что касается меня, я хочу быть слепой!»
Гиена добавила: «Ты хочешь обменяться со мной, и научить меня твоим заклинаниям?»
Слепой ответил ей: «Да, я научу тебя магическим заклинаниям, так ты сможешь просить милостыню!»
Он передал ей магические заклинания. Гиена стала слепой, а слепой снова прозрел. В первый день она произносила магические заклинания и наполнила свои сумки едой до краев.
Гиена легла спать в своей хижине и повторила заклинания. Как только она почувствовала голод, повесила сумки на свои плечи. Гиена прошла половину пути и забыла заклинания! Она больше не знала магических заклинаний, и она не могла знать, кто был слепым.

Итак, она осталась там, глупо!

Parcours pédagogique


Contenu : Une hyène affamée, un aveugle aux pouvoirs magiques qui mange à sa faim, un échange mystérieux…
Découvrir un pays à travers un conte.
Thèmes : cultures du monde, contes
Niveau : A1
Public : enfants (6-9 ans)

Liste des activités


Il était une fois (mise en route)

  • Nommer les couleurs.

Raconte-moi une histoire (compréhension globale)

  • Reconnaître les différents éléments d’un conte.
  • Observer et reconnaître les couleurs.
  • Interpréter des couleurs.

Au bout du conte (compréhension sélective)

  • Comprendre les principaux éléments du conte.
  • Comprendre et formuler des phrases courtes.

Conte-moi le monde (culture)

  • Retranscrire des énoncés courts sous forme de dessins.
  • Découvrir un nouveau pays à travers le conte.

À moi de conter ! (production écrite ou orale)

  • Présenter son pays sous forme de dessins.

Il était une fois


Distribuer aux apprenants l’activité 1 et veiller à ce que chacun ait des crayons de couleur ou feutres à sa disposition.
Projeter également la première page de la fiche matériel.
Retrouvez les couleurs qui se cachent derrière chaque mot inscrit dans les ronds. Montrez un objet à chaque nom de couleur cité.
Circuler parmi les apprenants pour vérifier le coloriage des ronds.

Raconte-moi une histoire


Distribuer l’activité 2 et projeter dans le même temps la seconde page de la fiche matériel, en particulier si la fiche apprenant est imprimée en noir et blanc. De cette façon, les apprenants pourront voir les couleurs de chaque élément.
Découpez les ronds que vous avez coloriés et placez chaque rond de couleur au bon endroit.
Cette activité peut se faire de manière individuelle ou en binôme afin que les apprenants puissent échanger entre eux.
Circuler parmi les apprenants pour les conseiller et les orienter lorsqu’ils ne placent pas les couleurs au bon endroit permet aussi de s’assurer de la bonne mémorisation des couleurs par chacun.
Procéder à une mise en commun à partir de la fiche matériel projetée.
Collez maintenant vos ronds de couleur.

Pistes de correction / Corrigés :
Marron ; 2. Noir ; 3. Vert ; 4. Blanc ; 5. Bleu ; 6. Rose ; 7. Orange ; 8. Gris ; 9. Rouge ; 10. Jaune.

Répartir les apprenants par groupe de trois ou quatre.
Dans chaque groupe, choisissez dans vos ronds de couleur la couleur qui, d’après vous, est la plus présente sur ces images. Écrivez ensuite trois noms de choses qui ont cette couleur.
Cette activité permet aux apprenants de réfléchir ensemble et de se mettre d’accord sur un choix commun, tout en prenant en compte les différentes perceptions et l’avis de chacun.
Procéder à une mise en commun avec l’ensemble des apprenants.
Dans chaque groupe, quelle couleur avez-vous choisie ? Quelles choses de la même couleur avez-vous trouvées ?
Ces images sont extraites d’un conte que nous allons regarder ensemble. Selon les images et les couleurs, dites si l’histoire se passe dans un pays chaud ou dans un pays froid. Selon vous, de quel pays s’agit-il et pourquoi ?
Il s’agit ici pour les apprenants de produire des phrases courtes ou de proposer des mots isolés qui expliquent pourquoi ils associent ces images au pays qu’ils ont choisi. Montrer les différents pays directement sur une carte du monde permet aux apprenants de découvrir de nouveaux noms de pays ou de continents et d’apprendre à les situer géographiquement.

Pistes de correction / Corrigés :
Il y a le jaune et l’orange.
Exemple d’éléments jaunes ou oranges : le soleil, les oranges, les bananes, le sable, la paille, les citrouilles, les carottes, le fromage.
En français, on dit que l’orange et le jaune sont des couleurs chaudes. Le conte peut donc se dérouler dans un pays chaud. L’histoire se passe en Afrique. On peut le voir grâce aux personnages, à leurs vêtements, à leurs maisons et aux couleurs.

 Au bout du conte


  Distribuer l’activité 3.
Faire lire à l’oral chaque mot par les apprenants.
Vous allez à présent regarder le conte dont sont extraites ces images. Regardez bien les personnages, les lieux, les objets et les animaux puis cochez ce que vous voyez.
Procéder à une mise en commun et faire répéter chacun des mots par les apprenants. S’assurer que le sens de chaque terme est compris par tous. Expliquer les mots, si nécessaire, et inviter les apprenants à les expliquer eux-mêmes à leurs camarades pour favoriser l’intercompréhension.
Introduire le verbe « voir » en proposant aux apprenants de décrire les images. Donner pour exemple : « Je vois une hyène ».

Pistes de correction / Corrigés :
Les lieux : un village.
Les personnages : un magicien.
Les animaux : une hyène.
La nourriture : un sac de fruits et légumes.
 
Distribuer l’activité 4.
Voici des phrases qui résument l’histoire que vous venez de voir. Les phrases sont dans l’ordre mais les images sont dans le désordre. Nous allons lire les phrases à voix haute ensemble.
Faire lire à l’oral chaque énoncé par les apprenants et s’assurer que le sens de chaque phrase est compris par tous. Inviter les apprenants à expliquer eux-mêmes les énoncés à leurs camarades pour favoriser l’intercompréhension.
Dans la fiche, il est noté « L’hyène » pour garder une certaine cohérence avec le titre du conte. Il est néanmoins possible de dire « La hyène », plus facile à prononcer pour des apprenants débutants.
Visionner à nouveau le conte.
Reliez maintenant chaque phrase à l’image qui lui correspond puis comparez ensuite vos résultats avec votre voisin(e).
Procéder à une mise en commun avec l’ensemble des apprenants. Pour cela, projeter l’activité 4 puis, pour chaque énoncé, demander aux apprenants de relire à voix haute une phrase chacun et de proposer leur réponse en décrivant les images.

Pistes de correction / Corrigés :
« L’hyène voit un aveugle qui dit des formules magiques aux gens. » : image B.
« Les gens donnent de la nourriture à l’aveugle. » : image E.
« L’hyène et l’aveugle font un échange. » : image F.
« L’aveugle peut voir. » : image A.
« L’hyène dit des formules magiques et remplit son sac. » : image C.
« L’hyène oublie les formules magiques et ne peut plus remplir son sac. » : image D.

Conte-moi le monde


Procéder à une mise en commun et proposer aux apprenants d’échanger leurs dessins ou de les afficher sur les murs pour pouvoir observer les réalisations de chacun. 
Distribuer l’activité 5.
Le conte que vous venez de voir se déroule donc dans un pays d’Afrique, le Sénégal. Chaque phrase décrit ce que l’on peut trouver au Sénégal. La première partie de la phrase est illustrée par une image du conte. À vous de dessiner la deuxième partie !
Faire lire à voix haute chaque phrase aux apprenants. Vérifier la bonne compréhension du vocabulaire. Avant de débuter l’activité de dessin, poser des questions sur les phrases écrites.
Chez nous, avez-vous déjà vu des maisons avec des toits en paille ? Connaissez-vous d’autres pays où on peut voir une hyène ? Avez-vous déjà vu des éléphants ou des crocodiles ici ? Mangez-vous les mêmes fruits ? Les personnes portent-elles les mêmes vêtements ici ? Et dans d’autres pays ?
Si les cases que les apprenants doivent illustrer sont trop petites, préparer en amont des feuilles vierges afin que les apprenants puissent avoir plus d’espace pour réaliser ces dessins.
Cette activité met l’accent sur la découverte de l’interculturel en dépassant l’histoire du conte pour en savoir plus sur son pays de collecte, le Sénégal. Elle permet également de développer la compréhension d’énoncés simples.

À moi de conter !


Vous venez de découvrir un nouveau pays. Par deux, à vous de choisir un pays et de le dessiner pour le présenter.Répartir les apprenants par deux. Veiller à ce que chaque binôme ait à sa disposition une feuille blanche et des crayons de couleur ou des feutres.
Inviter les apprenants à choisir le pays d’où ils viennent ou alors un pays qu’ils connaissent, où ils ont de la famille, qu’ils ont déjà visité, etc. Plus largement, si les apprenants viennent tous du même pays, il est également possible de choisir une ville, une région ou une île.
Accompagner les apprenants en inscrivant au tableau le vocabulaire qui leur suggère des pistes de dessins (monuments, maisons, vêtements, habitants, animaux, nourriture, paysages).
À la fin de l’atelier, proposer aux apprenants d’afficher leurs dessins pour pouvoir les observer et échanger autour des différents éléments qu’ils ont souhaité présenter.

Il était une fois
Activité 1 : Colorie chaque rond avec la bonne couleur.

Raconte-moi une histoire
Activité 2 : Découpe les ronds que tu as coloriés et place chaque rond de couleur au bon endroit.

Au bout du conte
Activité 3 : Regarde le conte et coche ce que tu vois.

Activité 4 : Relie chaque phrase à l’image qui lui correspond. Compare ensuite tes résultats avec ton voisin ou ta voisine.

Conte-moi le monde
Activité 5 : Le conte que tu viens de voir se déroule dans un pays d’Afrique, le Sénégal. Chaque phrase décrit ce que l’on peut trouver au Sénégal. La première partie de la phrase est illustrée par une image du conte. À toi de dessiner la deuxième partie !

3. Les sept corbeaux

Des garçons transformés en corbeaux et une fillette à la recherche de ses frères. Réussira-t-elle à les retrouver?
Découvrir les différents membres d’une famille à travers les personnages d’un conte.

Les sept corbeaux
D’après la tradition orale d’Allemagne, conte enregistré en France

Il était une fois un homme et une femme qui avaient déjà sept garçons quand leur vint enfin une fille. Tant espérée, mais si chétive… Le père trembla de perdre ce petit être à peine né.
Il y avait au bas du pré une source d’eau vive que l’on disait miraculeuse. Il envoya à cette source ses sept garçons puiser de l’eau dans une fiole de cristal. Les sept frères partirent au pas de course. Arrivés à la source, ce fut à qui puiserait l’eau : « Moi, moi ! Non c’est moi ! »
Tant et si bien que le flacon échappa à leurs mains fébriles et alla se briser en éclats sur la dalle. L’écho de ce fracas tinta à l’infini. Soudain figés de peur, les sept garçons ne bougeaient plus.
Là-bas, à la maison, le père inquiet pour sa petite criait au même instant : « Maudits garçons où traînent-ils ? Puissent-ils se transformer en corbeaux et que seule cette fillette puisse les délivrer un jour ! »
Fffttt ! L’air chuinta. Sept corbeaux, survolant la maison, s’envolèrent par-delà la forêt.
La fillette ne mourut pas. Elle grandit en ignorant qu’elle avait eu des frères. Or un jour de grosse lessive – elle avait environ sept ans – elle vit sur la corde à linge, sécher sept petites chemises.
« À qui sont ces chemises ? Elles sont trop petites pour être à papa ! »
On lui raconta l’histoire de ses sept frères transformés en corbeaux le jour de sa naissance. La nuit suivante, elle s’enfuit de la maison. Elle n’emporta rien qu’un fragment de cristal de la fiole cassée.
Elle marcha longtemps. Elle arriva au pays des étoiles. Elle les salua et leur raconta son histoire. L’étoile du berger lui répondit : « Pour délivrer tes frères de la malédiction, tu dois leur tisser sept chemises d’orties sans prononcer un mot. Ensuite tu chercheras la montagne de verre. C’est là que vivent tes sept frères. Voici la clé pour en ouvrir la porte. » Elle lui donna un petit bout d’os. La fillette remercia, mit la clé dans sa poche et dit au revoir aux étoiles.
Elle marcha longtemps. Elle trouva un champ d’orties. Elle s’assit, fila, tissa, cousit sept chemises d’orties sans prononcer un mot.
Quand les chemises furent faites, elle reprit sa route. Elle marcha longtemps. Elle trouva la montagne de verre. La porte était fermée. Elle alla dans sa poche pour y prendre le petit os. La poche avait un trou et l’os avait filé.
Alors elle prit son couteau et se coupa le petit doigt pour en faire une clé nouvelle. Cela marcha très bien ! La porte s’ouvrit toute grande.
Il y avait une salle à manger. Le couvert était mis – sept assiettes et sept gobelets – et le repas servi. La fillette mangea une bouchée dans chaque assiette et but une gorgée dans chaque gobelet. Puis elle alla se coucher dans un petit lit blanc.
Arrivèrent les sept corbeaux dans leurs livrées de plumes noires.
« Qui a mangé dans mon assiette ?
— Qui a bu dans mon gobelet ?
— Oh ! Regardez ce fragment de cristal de la fiole que nous avons cassée !
— Quelqu’un de par chez nous est venu jusqu’ici.
— Si c’était notre sœur nous serions bientôt délivrés ! »
C’était à qui croassait le plus fort. La fillette se réveilla. Elle entra doucement dans la salle à manger. Elle jeta une chemise sur chacun des frères corbeaux. À l’instant, dans un fouillis de plumes noires qui virevoltèrent partout, les sept corbeaux redevinrent garçons.
Toute la nuit ils firent fête et dès le lendemain matin, ils s’en allèrent tous ensemble, les sept garçons et leur vaillante sœur, retrouver leurs parents à la maison.

La parole touche souvent ce que la flèche ne peut atteindre.

Семь воронов 
Германская народная сказка, записанная во Франции

 Когда-то жили мужчина и женщина, у которых уже было семь мальчиков, когда наконец у них родилась девочка. Такая долгожданная, но настолько слабая… Отец очень боялся потерять это маленькое, только что родившееся существо.
На дне луга есть источник живой воды, которая, как говорили чудодейственная. Отец отправил своих семерых мальчиков на этот источник, набрать воду в хрустальную бутылочку. Семь братьев помчались. Добравшись к источнику, каждый хотел зачерпнуть воды: «Я, я! Нет, это я!»
Настолько они старались , что бутылочка выскользнула из их лихорадочных рук и разбилась о плиту. Эхо этого звона ушло в бесконечность. Скованные страхом, семь мальчиков не двигались.
Там, дома, встревоженный за свою малютку отец, в этот момент вскрикнул: «Проклятые мальчишки, где они болтаются? Чтоб им всем воронами быть! И только одна эта девочка может избавить их однажды от этого проклятия!»
Фффф! Послышалось в воздухе. Семь воронов, пролетая над домом, скрылись по ту сторону леса.
Девочка не умерла. Она росла, не зная, что у нее есть братья. Но однажды, в день большой стирки, ей уже было около семи лет, она ​​взглянула на бельевую верёвку, на которой сушились семь маленьких рубашек.
«Чьи это рубашки? Они слишком малы, чтобы быть папиными!»
Мы ей рассказали историю о семи братьях , превращенных в воронов в день её рождения. Следующей ночью девочка убегает из дома. Она ничего с собой не взяла, кроме хрустального обломка от сломанного флакона.
Девочка долго шла, и прибыла в страну звёзд. Она поздоровалась со звёздами и рассказала им свою историю. Звезда пастуха ответила: «Чтобы избавить своих братьев от проклятия, ты должна сплести семь рубашек из крапивы, не произнеся ни слова. Затем ты отыщешь стеклянную гору. В ней живут твои семь братьев. Вот ключ чтобы открыть дверь.» Звезда дала ей небольшую кость. Девочка поблагодарила, положила ключ в карман и попрощалась со звездами.
Девочка долго шла. Она нашла поле крапивы, соткала полотно и начала шить рубашки, не произнося ни слова.
Когда семь рубашек были готовы, она продолжила свой путь. Девочка нашла стеклянную гору. Дверь была заперта. Она сунула руку в карман, чтобы взять костылек. Карман оказался дырявым, и кость выпала.
Тогда она взяла нож и отрубила свой мизинец, чтобы сделать новый ключ. Это сработало очень хорошо! Дверь широко распахнулась.
Перед ней оказалась столовая. Стол был накрыт, стояли семь тарелок с едой и семь бокалов. Девочка съела по кусочку из каждой тарелки и отпила по глотку из каждого бокала. Затем она легла спать в маленькой белой кроватке.
Семь чёрных воронов влетели в своё жилище.
«Кто ел с моей тарелке?
— Кто пил с моего бокала?
— О! Посмотрите на этот хрустальный осколок от разбитой нами бутылки!
— Кто-то нас навестил.
— Если бы это была наша сестра, мы бы избавились от проклятья!»
Кто-то из воронов каркнул сильнее остальных, и девочка проснулась. Она тихо вошла в столовую, набросила рубашку на каждого из братьев воронов. Сразу же, в беспорядке черных перьев, кружившихся повсюду, семь воронов снова стали мальчиками.
Всю ночь у них был праздник, а на следующее утро они отправились все вместе, семь мальчиков и их доблестная сестра, навестить своих родителей дома.

Речь часто касается того, чего стрела не может достичь.

Parcours pédagogique


Contenu : Des garçons transformés en corbeaux, une fillette à la recherche de ses frères. Comment réussira-t-elle à les retrouver ?
Découvrir les différents membres d’une famille à travers les personnages de contes.
Thèmes : famille, amis ; contes
Niveau : A1
Pré-requis : vocabulaire de la famille
Public : enfants (6-9 ans)

Liste des activités 


Il était une fois (mise en route) 

  • Reconstituer une image sous forme de puzzle.
  • Décrire une image.

Raconte-moi une histoire (compréhension globale)

  • Nommer les membres d’une famille.
  • Retrouver les personnages d’un conte.

Au bout du conte (compréhension sélective)

  • Comprendre des énoncés courts.
  • Comprendre l’intrigue d’un conte.

Au pays des contes (caractéristiques des contes)

  • Identifier les rôles des personnages de contes.

À moi de conter ! (production orale ou écrite)

  • Imaginer un nouveau personnage de conte.

Il était une fois


Avant l’atelier, imprimer en couleur si possible et en plusieurs exemplaires (de préférence sur des feuilles cartonnées) l’image qui figure sur la fiche matériel. Découper l’image en trois parties en suivant les lignes noires.
Pour mener à bien l’activité, s’assurer que des groupes de trois pourront être formés. Pour cela, participer au jeu s’il manque un apprenant dans un des groupes ; à l’inverse, désigner un apprenant comme maitre du jeu s’il y a un participant de trop. Son rôle sera alors de lancer le démarrage du jeu, d’observer les participants puis d’annoncer la fin du jeu au bout d’une minute par exemple.
Distribuer au hasard toutes les parties des images imprimées. Chaque apprenant doit recevoir une partie de l’image.
Vous allez maintenant vous déplacer dans la salle et trouver deux personnes qui ont les parties manquantes de votre image. Ensuite, assemblez l’image ensemble.
Une fois que tous les puzzles ont été recomposés, projeter l’image assemblée de la fiche matériel.
Décrivez ce que vous voyez sur cette image.
La description se fait à l’oral, à main levée avec l’ensemble des apprenants.
Pistes de correction / Corrigés :
Sur l’image, on voit un homme debout et une femme allongée sur un lit. Il y a des enfants. Ils sourient. Ils sont contents. Les garçons sont bleus et petits. L’homme a une barbe. La femme a les cheveux noirs.
Raconte-moi une histoire


 Toujours à partir de l’image du puzzle :
D’après vous, qui sont ces personnes ? Ont-elles des liens ? Sont-elles amies ? Sont-elles de la même famille ?

Pistes de correction / Corrigés :
C’est une famille. L’homme est le père. La femme est la mère. Ce sont les parents. Le bébé est la fille. Les garçons sont les fils. Ce sont les enfants.

Distribuer la fiche apprenant et faire faire l’activité 1.
Nous allons à présent regarder le conte dont est extraite l’image que vous venez d’assembler. Faites attention aux noms des personnages, retrouvez qui est qui puis reliez chaque image au mot qui lui correspond.
Faire lire à voix haute par les apprenants les mots inscrits dans la première colonne puis visionner le conte.
Procéder à une mise en commun avec l’ensemble des apprenants pour vérifier leur bonne compréhension des différents personnages

Pistes de correction / Corrigés :
Image 1 : les corbeaux — Image 2 : le père — Image 3 : les frères – Image 4 : l’étoile — Image 5 : la fille — Image 6 : la mère.

Au bout du conte


Il y a 4 garçons : faux. Il y a 7 sept garçons.
Faire faire l’activité 2.
Vous allez maintenant voir le conte une nouvelle fois. Faites attention aux étapes de l’histoire et dites si ces phrases sont vraies ou fausses en entourant la bonne réponse. Comparez ensuite vos réponses avec votre voisin(e).
Faire lire à voix haute chaque énoncé par les apprenants pour s’assurer de leur bonne compréhension. Si des incompréhensions subsistent, faire expliquer les énoncés par les enfants eux-mêmes pour favoriser une participation active et une construction collective du sens.
Visionner le conte.
Une fois l’activité terminée, procéder à une mise en commun avec l’ensemble des apprenants.

Pistes de correction / Corrigés :

  1. Les garçons vont chercher de l’eau magique pour protéger leur sœur : vrai.
  2. Le père est en colère : vrai.
  3. Les garçons deviennent des fourmis : faux. Les garçons deviennent des corbeaux.
  4. La fille arrive au pays du soleil : faux. La fille arrive au pays des étoiles.
  5. La fille perd sa clef. Elle fabrique une nouvelle clef : vrai.
  6. La fille retrouve ses frères : vrai.

 Au pays des contes


Faire faire l’activité 3.
Expliquer aux apprenants les rôles traditionnels des personnages dans les contes en prenant appui sur le tableau de l’activité. Pour cela, lire chaque énoncé avec les apprenants.
Retrouvez le rôle de chaque personnage : découpez chaque image et collez-la dans la bonne case du tableau. Attention, il manque une image car un personnage n’existe pas, il y a donc une case en trop.
Procéder à une mise en commun avec l’ensemble des apprenants.

Pistes de correction / Corrigés :
Le héros : la fille.
Le personnage obstacle : il n’y en a pas ici.
Le premier personnage guide ou protecteur : la mère.
Le deuxième personnage guide ou protecteur : l’étoile.
Le personnage à l’origine de la malédiction : le père.
Les personnages à sauver : les frères.

À moi de conter !


Répartir les apprenants par deux. Veiller à ce que chaque binôme ait à sa disposition une feuille blanche et des crayons de couleur ou des feutres.
Vous connaissez maintenant mieux les différents personnages de ce conte. À votre tour de créer un nouveau personnage. Par deux, imaginez l’arrivée de ce nouveau personnage dans le conte, ses vêtements, ce qu’il fait et son rôle.
À la fin de l’atelier, proposer aux apprenants de présenter en quelques mots le personnage qu’ils ont inventé et d’afficher leurs dessins pour pouvoir les observer.

Raconte-moi une histoire
Activité 1 : Qui est qui ? Regarde le conte puis relie chaque image au mot qui lui correspond.

Au bout du conte
Activité 2 : Regarde le conte et dis si ces phrases sont vraies ou fausses en entourant la bonne réponse. Compare ensuite tes réponses avec ton voisin ou ta voisine.

Au pays des contes
Activité 3 : Retrouve le rôle de chaque personnage : découpe chaque image et colle-la dans la bonne case du tableau. Attention, un personnage n’existe pas, il y a donc une case en trop.

4. La fourmi et le roi Salomon

Un roi aux pouvoirs magiques qui parle aux animaux, une fourmi qui déplace une montagne pour retrouver sa bien-aimée. De quoi discutent-ils tous les deux?
Découvrir un élément récurrent dans les contes : la magie.

La fourmi et le roi Salomon
D’après la tradition orale de Mauritanie

Ce jour-là, une jeune fourmi avait osé, elle avait osé rester là, dans son trou, en train de travailler, pendant que toutes les autres fourmis se bousculaient pour se prosterner sous les pieds de Salomon.
Salomon qui se promenait dans le désert, à côté de leur fourmilière. Salomon était un roi doublé d’un prophète. Il avait des dons impressionnants dont celui de dompter les animaux, de comprendre leur langage et de leur parler.
Malgré les ruades et bousculades de la foule, Salomon a remarqué l’absence de la jeune fourmi. Il leva la tête, la découvrit dans son trou et lui dit :
— Que fais-tu là, bête menue, et pourquoi ne fais-tu pas comme tes congénères ?
— Sire, répondit-elle, ce n’est ni par impolitesse, ni par désobéissance que je ne suis pas venue comme les autres, mais tout simplement, je m’occupe à quelque chose qui me tient particulièrement à cœur : je veux déplacer cette dune de sable que vous voyez là !
— Ha ha ha ! Mon pauvre ami, rétorqua le roi Salomon, je doute que tu aies la vertu nécessaire, c’est-à-dire la patience et surtout la chance suffisante, c’est-à-dire la longévité, pour accomplir ce travail immense.
— Moi non plus je n’en sais rien, confessa la fourmi, mais ce que je sais c’est que la force qui me pousse est plus puissante que la tempête du désert, je veux parler de la force de l’amour, car de l’autre côté de la dune de sable se trouve ma bien-aimée. Si je mourais avant de l’atteindre, je finirais ma vie dans la folie de cette chose qui meurt en dernier dans le cœur des êtres, c’est-à-dire l’espérance.
Cet échange a fortement ébranlé le grand roi et prophète Salomon, qui, dans le désert au milieu de nulle part, a compris le vrai sens de l’amour.

Ce conte est fini, le premier qui respire ira au Paradis.

Муравей и Царь Соломон
Мавританская народная сказка.

В тот день один молодой муравей осмелился, он осмелился остаться в своей дыре, работая, в то время как все остальные муравьи столпились на поклон у ног Соломона.
Соломон прогуливался по пустыни, рядом с их муравейником. Соломон был королем-пророком. Он обладал великолепными дарами, среди которых были; усмирение животных, понимание их языка и общение с ними.
Несмотря на возню и давку толпы, Соломон заметил отсутствие молодого муравья. Он осмотрелся, обнаружил его в своей дыре и сказал ему:
— Что ты там делаешь, маленький зверь, и почему ты не со своими товарищами?
-Сир, ответил он, это не грубость или непослушание, что я не пришел с остальными, просто я занят кое-чем, что особенно близко моему сердцу: я хочу переместить эту песчаную дюну, которую вы видите там!
— Ха-ха-ха! Мой бедный друг, возразил царь Соломон, сомневаюсь, что у тебя есть необходимая добродетель, то есть терпение, и в особенности достаточного везения, то есть долголетия, выполнить эту огромную работу.
— Я тоже уже не знаю, признался муравей, но я знаю, что сила, которая толкает меня, сильнее пустынной бури, я хочу сказать о силе любви, потому что на другой стороне песчаной дюны — моя возлюбленная. Если я умру прежде, чем дойду до неё, я окончу жизнь безумием той вещи, которая умирает последней в сердцах существ — надежда.
Этот ответ сильно потряс великого царя и пророка Соломона, который в пустыне, посреди ничего, понял истинный смысл любви.

Эта история закончилась, первый, кто дышит, отправится в рай.

Parcours pédagogique


Contenu : Un roi aux pouvoirs magiques qui peut parler aux animaux, une fourmi qui déplace une montagne pour retrouver sa bien-aimée. De quoi peuvent-ils bien discuter tous les deux ?
Découvrir un élément récurrent dans les contes : la magie.
Thèmes : amour et séduction, contes
Niveau : A2
Public : enfants (6-12 ans)

 Liste des activités


Il était une fois (mise en route) 

  • Décrire des images.
  • Faire des hypothèses sur l’histoire du conte.

Raconte-moi une histoire (compréhension globale)

  • Reconstituer l’histoire du conte.
  • Retrouver les principaux éléments du conte.
  • Comprendre des énoncés courts.

Au bout du conte (compréhension sélective)

  • Identifier les principaux personnages d’un conte et leurs actions.
  • Comprendre des énoncés courts.

Au pays des contes (caractéristiques des contes)

  • Répondre à des questions simples sur la magie dans les contes.
  • Comparer des contes.

À moi de conter ! (production écrite ou orale)

  • Inventer la suite du conte.

Il était une fois


Au préalable, imprimer (si possible en couleur et sur des feuilles cartonnées) les images de la fiche matériel puis les découper.
Répartir les apprenants par groupes de trois et distribuer à chaque groupe un jeu d’images.
Dans chaque groupe, choisissez deux images et décrivez-les. Ces images sont extraites d’un conte. Dans chaque conte, il y a de la magie. Imaginez donc ce qui est magique sur ces images.
Circuler parmi les apprenants pour les accompagner et leur apporter le vocabulaire nécessaire.
Projeter les images lors de la mise en commun avec l’ensemble de la classe et noter au tableau les propositions des apprenants concernant les éventuels éléments magiques repérés sur ces images. Ces notes serviront de comparatifs pour l’activité suivante.

Pistes de correction / Corrigés :
Exemples de descriptions : Image C : Trois hommes sont sur un chameau. Image E : Il y a un grand soleil, des arbres et du sable. C’est le désert. Image G : Une fourmi violette porte une grande robe. Des fourmis bleues marchent derrière elle.
Exemples d’hypothèses : Image B : Les fourmis s’aiment. Elles se parlent. Elles sont magiques. Images A, D et F : Les montagnes sont petites et grandes. Elles changent de taille. Elles sont magiques. L’homme est petit puis grand. Il a des pouvoirs magiques. Image H : L’homme porte un grand chapeau rouge. C’est un magicien.

 Raconte-moi une histoire


 Nous allons maintenant voir le conte dont sont tirées ces images. Dans chaque groupe, à vous de remettre toutes les images dans le bon ordre.
Visionner le conte avec les apprenants.
Projeter à nouveau les images lors de la mise en commun et indiquer à côté de chaque image l’ordre choisi à l’unanimité par les apprenants. L’ordre des images n’est cependant pas figé. En effet, certaines images peuvent être placées à plusieurs endroits du conte. L’image E peut par exemple apparaitre au début et à la fin du conte.
Y a-t-il des éléments magiques ou des choses qui n’existent pas dans la réalité ?
Lister au tableau les réponses proposées par les apprenants pour les comparer avec les hypothèses faites lors de l’activité « Il était une fois » afin de vérifier les représentations et la compréhension des apprenants.

Pistes de correction / Corrigés :
Ordre des images : 1. Image C — 2. Image G — 3. Image A — 4. Image F — 5. Image D — 6. Image H — 7. Image B — 8. Image E.
Éléments qui n’existent pas dans la réalité : les fourmis qui parlent, l’homme qui parle aux animaux, le chameau qui a plus de deux bosses, les fourmis qui se transforment en papillon.

Distribuer l’activité 1 à chaque groupe d’apprenants.
Faire lire à l’oral chaque énoncé par les apprenants et s’assurer que leur sens est compris par tous. Inviter les apprenants à expliquer eux-mêmes les énoncés à leurs camarades pour favoriser l’intercompréhension.
Veiller à ce que chaque trio d’apprenants ait des ciseaux, de la colle et une fiche apprenant pour l’ensemble du groupe.
Pour chaque case, choisissez parmi vos images celle qui correspond à la phrase écrite sans la coller.
Procéder à la mise en commun avec l’ensemble des groupes en projetant les images.
Vous pouvez maintenant coller les images dans les bonnes cases.

Pistes de correction / Corrigés :
Toutes les fourmis vont voir le roi Salomon : image G.
Le roi Salomon arrive sur un chameau, il a un pouvoir magique, il peut parler aux animaux : image C.
La jeune fourmi veut déplacer une montagne de sable : image A.
La fourmi est amoureuse d’une autre fourmi : image B.
La fourmi et le roi Salomon discutent, ils parlent d’amour : image F.
Le roi Salomon repart dans le désert, il a compris le sens de l’amour : image E.

Au bout du conte


Distribuer les activités 2 et 3 à chaque apprenant. Faire l’activité 2. Veiller au préalable à ce que la salle soit dégagée afin que les apprenants puissent se déplacer facilement.
Lire la consigne puis laisser les apprenants prendre connaissance des énoncés sans les expliquer.
Nous allons revoir ensemble le conte. Regardez attentivement qui fait quoi et cochez les bonnes cases.
Visionner le conte.
Projeter l’activité 2 au tableau.
En gardant vos réponses avec vous, vous allez maintenant vous lever. Je vais lire chaque énoncé. Si vous pensez que je parle de la fourmi, vous vous placez du côté de l’image de la fourmi, c’est-à-dire à gauche. Si vous pensez que je parle du roi Salomon, vous vous placez du côté du roi Salomon, c’est-à-dire à droite. Si vous pensez que je parle des deux personnages, vous vous placez au milieu.
Donner la bonne réponse après chaque nouveau placement des apprenants.

Pistes de correction / Corrigés :
Ce personnage est un animal : la fourmi.
Ce personnage est petit et de couleur bleue : la fourmi.
Ce personnage porte un grand chapeau rouge : le roi Salomon.
Ce personnage a des pattes : la fourmi.
Toutes les fourmis viennent voir ce personnage : le roi Salomon.
Ce personnage a des pouvoirs magiques : le roi Salomon ou la fourmi puisqu’elle parle et se transforme en papillon.
Ces personnages discutent ensemble : la fourmi et le roi Salomon.
Avec sa bien-aimée, ce personnage se transforme en papillon : la fourmi.

Au pays des contes


Répartir les apprenants par groupes de trois ou quatre. Veiller à ce que chaque groupe ait à sa disposition une feuille blanche et des stylos, des crayons de couleur ou des feutres. 
Faire l’activité 3. Veiller à ce que chaque apprenant ait des crayons de couleur ou des feutres.
Dans la première colonne, chaque phrase est illustrée par une image du conte. Choisissez trois cases de la deuxième colonne. Dessinez ensuite les phrases écrites dans chacune des cases choisies à partir des contes que vous connaissez.
Faire lire à voix haute chaque énoncé par les apprenants afin de s’assurer de leur bonne compréhension.
Selon l’âge des apprenants, à la place des dessins, il est également possible de répondre aux questions sous forme écrite.
Une fois l’activité terminée, proposer aux apprenants de présenter en quelques mots leurs illustrations afin de faire un état des lieux des éléments magiques que l’on trouve dans les contes. Afficher les productions pour que les apprenants puissent les observer.

À moi de conter !


Répartir les apprenants par groupes de trois ou quatre. Veiller à ce que chaque groupe ait à sa disposition une feuille blanche et des stylos, des crayons de couleur ou des feutres.
Vous venez de découvrir un conte. À vous maintenant d’inventer la suite. N’oubliez pas d’y ajouter de la magie en vous servant des objets, animaux, lieux, personnages et pouvoirs magiques dont nous avons parlé.
Selon l’âge des apprenants, proposer aux groupes, soit d’écrire la suite du conte puis de la mettre en scène devant leurs camarades, soit d’imaginer la suite du conte sous forme de bande dessinée qu’ils afficheront dans la salle de classe.
Accompagner les apprenants en inscrivant au tableau le vocabulaire nécessaire.

Raconte-moi une histoire
Activité 1 : Avec les camarades de ton groupe, dans chaque case, place l’image qui correspond à la phrase écrite.

Au bout du conte
Activité 2 : Coche la ou les bonne(s) case(s).

Au pays des contes
Activité 3 : Dans la première colonne, chaque phrase est illustrée par une image du conte. À toi de choisir trois cases de la deuxième colonne. Dessine ensuite les phrases écrites dans chacune des cases choisies à partir des contes que tu connais.

5. Le garçon aux grandes oreilles

Un gouverneur et un petit garçon qui cachent un terrible secret. Des coiffeurs trop curieux. Mais quel est donc ce secret?
Découvrir des personnages récurrents dans les contes : les animaux.

Le garçon aux grandes oreilles
D’après la tradition orale du Maroc

Marche aujourd’hui, marche demain. Plus tu marcheras, plus tu iras loin.
Très loin d’ici, vivait un hakem, un gouverneur. C’était un homme puissant et craint. Mais malgré cela, il cachait un terrible secret : il avait honte de son fils. Honte ! Mais honte de quoi ? Il avait honte de ses grandes et longues oreilles. De peur que la tare de son enfant ne soit connue de tous, son père lui demandait de cacher ses grandes oreilles sous une calotte.
Quand ses cheveux devenaient trop longs, un coiffeur venait directement dans sa demeure. Ce dernier devait jurer de ne poser aucune question et de garder le secret. Notre coiffeur jura, mal lui en prit ; maintenant, il n’y avait qu’une seule question qui tournait dans son esprit : pourquoi le fils du hakemavait-il de longues oreilles ? La curiosité fut plus forte que le secret. N’en pouvant plus, un jour, il posa la question qui le hantait. Comme d’habitude, on le laissa couper les cheveux de l’enfant, mais à peine eut-il terminé son travail qu’on se saisit de lui … et qu’on lui coupa la tête.
Tous les coiffeurs qui lui succédèrent connurent le même sort. Aucun n’était capable de tenir sa langue et tous craignaient d’être appelés dans la demeure du gouverneur. Un jour il convoqua un coiffeur qui avait la réputation d’être discret. C’était vrai : il vit les longues oreilles et ne posa aucune question. Avant de repartir le père lui rappela ce qui l’attendait s’il ébruitait le secret : il aurait, comme tous les autres, la tête tranchée.
De retour chez lui, le pauvre coiffeur ne se doutait pas que ce secret allait envahir et occuper son esprit jour et nuit. Il devenait tellement lourd à porter qu’il avait l’impression d’avoir le corps lourd. Plus les jours passaient, plus il lui était intenable de tenir cette vérité. Un beau matin n’en pouvant plus, la main sur la bouche, il se précipita vers un puits isolé et là, se pencha sur la margelle, il cria de tout son souffle : « Le fils du gouverneur a de grandes oreilles ! Le fils du gouverneur a de longues oreilles ! Le fils du gouverneur a de grandes oreilles ! Le fils du gouverneur a de longues oreilles ! »
Une grenouille au fond du puits l’entendit. De sa voix de grenouille elle coassa : « Le fils du gouverneur a de grandes oreilles ! Le fils du gouverneur a de longues oreilles ! »
Un pigeon qui se désaltérait l’entendit et il roucoula : « Le fils du gouverneur a de grandes oreilles ! Le fils du gouverneur a de longues oreilles ! »
Le corbeau qui passait par là l’entendit et il croassa : « Le fils du gouverneur a de grandes oreilles ! Le fils du gouverneur a de longues oreilles ! »
Tous les autres oiseaux l’entendirent et en volant au-dessus de la ville ils chantèrent : « Le fils du gouverneur a de grandes oreilles ! Le fils du gouverneur a de longues oreilles ! »
La nouvelle se répandit dans toute la ville et tous les enfants chantaient : « Le fils du gouverneur a de grandes oreilles ! Le fils du gouverneur a de longues oreilles ! »
La nouvelle arriva aux oreilles du gouverneur, il devint fou de rage. Il se promit qu’avant de trancher la tête du coiffeur coupable, il lui ferait avaler sa langue. Tout tremblant, notre pauvre coiffeur jura et nia qu’il n’avait révélé ce secret à personne. Quand le fils entendit le coiffeur, il dit à son père de croire en ses paroles car cet homme était sincère. Il lui dit aussi : « Mon père, puisque tout le monde est au courant, il n’y a plus lieu d’en vouloir à tous les coiffeurs. Ni toi, ni moi n’auront plus à rougir de cette différence. » On relâcha le coiffeur, soulagé d’avoir encore sa tête sur les épaules. Quant au fils du gouverneur, libéré de sa honte, il se promenait désormais tête nue.

Mon conte est parti avec la rivière et moi je suis resté avec les fils des généreux.

Мальчик с большими ушами.
Марокканская народная сказка.

Иди сегодня, иди завтра. Чем больше ты будешь ходить, тем дальше зайдёшь.
Очень далеко от отсюда жил один хакем, губернатор. Он был могущественным и опасным человеком. Но, несмотря на это, он скрывал страшную тайну: он стыдился своего сына. Позор! Но стыдно за что? Ему было стыдно за его длинные уши. Из страха, чтобы его ребенок не был широко известен, отец попросил его спрятать свои большие уши под кепкой.
Когда волосы мальчика становились слишком длинными, парикмахер приходил прямо к ним домой. Последний должен был поклясться не задавать вопросов и хранить тайну. Наш парикмахер поклялся плохо, сейчас в его голове крутился только один вопрос: почему у сына хакема были длинные уши? Любопытство было сильнее секретности. Не в силах больше сдерживаться, однажды он задал вопрос, который преследовал его. Как обычно, ему разрешили подстричь ребенка, но как только он закончил свою работу, его схватили… и отрубили голову.
Все парикмахеры, которые ему прислуживали, известны той же участью. Никто не мог держать свой язык за зубами, и все боялись, что их позовут в дом губернатора. Однажды он позвал парикмахера, у которого была репутация скромности, молчаливости. Это правда, тот видел длинные уши и не задавал никаких вопросов. Перед уходом, губернатор напомнил ему, что его ждет, если он раскроет секрет, как и всем остальным, ему отрубят голову.
Вернувшись домой, бедный парикмахер не подозревал, что этот секрет вторгнется и займёт весь его ум, днём и ночью. Ему становилось настолько тяжело, нести эту тайну, что в результате, он по чувствовал, как его тело тяжелеет. Чем больше дней проходило, тем более удручённым он становился, сдерживать эту истину. В одно прекрасное утро, уже не в силах сдерживаться, приложив руку к губам, он бросился к одинокому колодцу, и там, наклонившись через край, он прошептал: «У сына губернатора большие уши! У сына губернатора длинные уши! У сына губернатора большие уши! У сына губернатора длинные уши!»

Лягушка в колодце услышала его. Во весь свой лягушачий голос она прохрипела: «У сына губернатора большие уши! У сына губернатора длинные уши!»
Голубь, который утолял жажду, услышав лягушку, проворковал: «У сына губернатора большие уши! У сына губернатора длинные уши!»
Ворон, пролетавший мимо, услышав голубя, каркнул: «У сына губернатора большие уши! У сына губернатора длинные уши!»
Все другие птицы услышали ворона, и пролетая над городом щебетали: «У сына губернатора большие уши! У сына губернатора длинные уши!»
Новость распространилась по всему городу, и уже все дети напевали: «У сына губернатора большие уши! У сына губернатора длинные уши!»

Известие дошло до ушей губернатора, он был в не себя от ярости. Губернатор пообещал, что, прежде чем отрубить голову виновному парикмахеру, он заставит его проглотить свой язык. Дрожа, наш бедный парикмахер клялся и отрицал, что раскрыл эту тайну кому-либо. Когда губернаторский сын услышал парикмахера, он попросил своего отца поверить в его слова, потому что этот человек был искренним. Он также сказал ему: «Мой отец, поскольку все узнали, нет больше причин обвинять всех парикмахеров. Ни ты, ни я не будем стыдиться этой разницы.» Парикмахер был освобожден, и все еще держит свою голову на плечах. Что касается сына губернатора, освобожденного от своего позора, он теперь прогуливался с не покрытой головой.

Моя история уходит с рекой, а я остаюсь с сынами великодушными.

Parcours pédagogique


Contenu : Un gouverneur et un petit garçon qui cachent un terrible secret. Des coiffeurs trop curieux. Mais quel est donc ce secret ?
Découvrir des personnages récurrents dans les contes : les animaux.
Thèmes : cultures du monde, contes
Niveau : A2
Pré-requis : vocabulaire des animaux
Public : enfants (6-10 ans)

Liste des activités


Il était une fois (mise en route) 

  • Comprendre des questions simples.
  • Décrire des animaux avec des phrases simples.

Raconte-moi une histoire (compréhension globale)

  • Se familiariser avec le vocabulaire du conte.
  • Repérer les principaux éléments d’un conte.

Au bout du conte (compréhension sélective)

  • Répondre à des questions simples.
  • Identifier des animaux et leur rôle dans le conte.

Conte-moi le monde (caractéristiques des contes)

  • Comparer les animaux et leurs symboliques dans différents contes et pays.

À moi de conter ! (production écrite ou orale)

  • Choisir un animal et le présenter.
  • Inventer une formule magique.

Il était une fois


Au préalable, imprimer la fiche matériel puis distribuer de manière aléatoire les images et les questions qui y sont associées pour que chaque apprenant ait une feuille où figurent un animal et des questions. Veiller à ce que chaque apprenant ait à sa disposition des crayons de couleur ou des feutres.
Coloriez l’animal que je vous ai distribué sans répondre aux questions.
Lorsque les apprenants ont terminé leur coloriage : Vous allez à présent former des groupes par animal. À vous de retrouver parmi vos camarades ceux qui ont le même animal que le vôtre.
Par groupe, décrivez ensuite votre animal en répondant à chaque question.
Lire à l’oral les questions avec les apprenants pour s’assurer que leur sens est compris par tous.

Dans cette activité, les apprenants peuvent laisser libre cours à leur imagination pour répondre à certaines questions. Il n’y a donc pas nécessairement de réponses justes ou fausses concernant ce que les animaux aiment faire par exemple, mais plutôt des propositions qui peuvent ensuite être discutées avec l’ensemble de la classe.

Gardez de côté l’animal que vous avez colorié et décrit, vous vous en servirez au cours d’une autre activité.

Raconte-moi une histoire


Lire les mots de la fiche matériel (cf. p. 6 « Raconte moi une histoire ») à voix haute avec les apprenants, puis visionner le conte.
Nous allons maintenant voir ces animaux dans un conte. Regardez le conte, faites attention à ce que font ces animaux et à ce qu’il se passe dans le conte. Toujours par groupe, entourez dans la liste dix mots qui permettent de raconter l’histoire.
Mise en commun : projeter la liste des mots au tableau et entourer les réponses proposées par les apprenants.
Dans chaque groupe, vous allez à présent raconter l’histoire à l’oral à partir des mots que vous avez entourés.
Mise en commun. L’ensemble de la classe se met d’accord sur un résumé.

Pistes de correction / Corrigés :
Exemples de résumé à partir des mots entourés : Un garçon et un gouverneur cachent un secret. Les oreilles du garçon sont grandes. Le coiffeur coupe les cheveux du garçon. Le coiffeur a peur et dit le secret à une grenouille. La grenouille répète le secret.

Au bout du conte


Distribuer la fiche apprenant et faire l’activité 1.
Nous allons à présent jouer aux devinettes. Pour cela, découpez chaque image de la fiche que je viens de vous distribuer. Disposez les cinq images devant vous et choisissez à chaque fois celle qui correspond à la description que je vais lire à voix haute. C’est un jeu de rapidité. Chacun doit donc, le plus rapidement possible, montrer aux autres l’image qu’il a choisie.

Quelques exemples d’énoncés :

  1. Je suis de couleur verte. J’aime vivre dans l’eau. Je saute toute la journée et je mange des insectes. Qui suis-je ?
  2. Je suis un oiseau de couleur blanche et grise. J’aime voyager. Il y a longtemps, on se servait de moi pour envoyer des messages. Qui suis-je ?
  3. J’ai des plumes et je suis de couleur noire. J’aime voler et manger des insectes. Je suis parfois associé à des messages négatifs.
  4. Je suis petite et grise. Je passe par les trous des murs et j’aime le fromage. Je n’aime pas les chats. Qui suis-je ?
  5. J’ai des plumes. Je suis noir et blanc. J’ai un grand bec et de grandes pattes. Dans certains pays, on dit que je porte les bébés.

Pistes de correction / Corrigés :
1. Une grenouille. 2. Un pigeon. 3. Un corbeau. 4. Une souris. 5. Une cigogne.

Inviter ensuite les apprenants à faire deviner à leur tour à leurs camarades l’un de ces animaux à l’aide d’un seul élément : une caractéristique (taille, couleur, nourriture, etc.), un bruitage, un mime (les onomatopées et appellations pouvant diverger d’un pays à l’autre).

Faire l’activité 2.
Faire lire à voix haute chaque question par les apprenants pour éviter les problèmes de compréhension. Visionner de nouveau le conte si nécessaire.
Dans le conte, qui fait quoi ? Répondez à chaque question en entourant le nom du bon animal.

Pistes de correction / Corrigés :
1. Une souris. 2. Une souris. 3. Une cigogne. 4. Une grenouille. 5. Un pigeon. 6. Des corbeaux.

Conte-moi le monde


Dans le conte, le garçon aux grandes oreilles se transforme en souris. Connaissez-vous d’autres contes avec des animaux ? Comment sont-ils ? Gentils, méchants, malins… ?
Faire l’activité 3. Lire à l’oral avec les apprenants chaque mot pour s’assurer de leur bonne compréhension.
Reliez chaque animal à un adjectif. Comparez ensuite vos réponses avec votre voisin ou votre voisine et trouvez ensemble d’autres exemples.
Si les apprenants ont des cultures différentes, cette activité permet de confronter diverses représentations autour des animaux, dans les contes mais aussi plus largement dans leurs pays d’origine.
Procéder à une mise en commun avec l’ensemble de la classe.
 
Pistes de correction / Corrigés :
Exemples d’animaux : une hyène, un loup, un cochon, une fourmi, un chameau, un âne, un serpent, un lion, un chat, une tortue, un hérisson, une chèvre, un éléphant, un chien, un lapin, un cheval, une araignée, un dragon, un crapaud, une licorne, un singe, un ours, une vache, une baleine, un poisson.
Exemples d’adjectifs qualificatifs : gentil, méchant, intelligent, malin, bête, fidèle, magique, drôle, menteur, protecteur, gourmand, lent, rapide, fort, faible, courageux, peureux, bavard, effrayant, féroce, sage, sauvage, laid, beau, fou, triste, joyeux, fier, sale, propre.
Exemples de caractéristiques animales : la fourmi est travailleuse, le renard est rusé, le singe est sage, l’âne est lent et bête, le tigre est beau et calme, le cochon est gourmand et sale, le loup est intelligent et méchant, le lièvre est rusé, la hyène est bête…

À moi de conter !


Veiller à ce que chaque apprenant ait à sa disposition une feuille blanche et des crayons de couleur ou des feutres.
Imaginez à votre tour que vous vous transformez en animal. Choisissez un animal, dites quel point commun vous avez avec cet animal et dessinez-le.
Une fois les illustrations réalisées, sur le même modèle que l’activité « Au bout du conte », les apprenants peuvent faire deviner l’animal choisi à leur camarade : soit ils décrivent l’animal en terminant par la question « Qui suis-je ? », soit ils le miment en imitant les bruits qu’il fait, la nourriture qu’il mange…
Proposer aux apprenants, à la suite de chaque devinette de présenter en quelques mots leurs illustrations.
Afficher les productions pour que les apprenants puissent les observer.

Pistes de correction / Corrigés :
Exemples d’animaux :
— Je suis un lion parce que je suis fort et courageux.
— Je suis une souris parce que je suis petit et j’aime le fromage.
— Je suis un oiseau parce que j’aime les voyages.
— Je suis un poisson parce que je nage bien.
— Je suis un éléphant parce que je suis grand et gentil.

Au bout du conte
Activité 1 : Découpe chaque image et choisis celle qui correspond à l’animal décrit à l’oral.

Au bout du conte
Activité 2 : Qui fait quoi ? Réponds à chaque question en entourant le nom du bon animal.

Conte-moi le monde
Activité 3 : Relie chaque animal à un adjectif. Compare ensuite tes résultats avec ton voisin ou ta voisine et trouvez ensemble d’autres exemples.

Комментировать

Добавить комментарий

Ваш e-mail не будет опубликован. Обязательные поля помечены *