Reflets 2 — Épisode 05

Смотреть бесплатно сериал — курс французского языка Reflets 2. Серия 05 :

Чтобы открыть нужную вам рубрику, жмите + Закрыть –

DESCRIPTION LA SÉRIE (описание серии):

1 Partie. Un bon début ! – Хорошее начало !

В кухне, Бернард и Корин разговаривают о Жульене, сыне Франсуа. Корин интересно знать, хорошо ли он справляется с работой. Бернард советует ей заглянуть в кафе.

Корин в пороге между кухней и залом кафе, наблюдает за Жюльеном. Он принёс счёт первому столику. Мадам, за вторым столом он пообещал принести вскоре апельсиновый сок. А за третьем, парень говоря клиенту сумму к оплате, ошибается, называя франки.

Немного позже… Корин спрашивает Жульена всё ли хорошо прошло. Он отвечает, что всё хорошо, но ещё пока ему трудно в том, чтобы ничего не забыть. Корин говорит, что это нормально, что всё придёт со временем. Жюльен уходит, а вместо него появляется Бернард. Он, смотря как жена делает подсчёт, говорит ей о хорошей работе этим вечером. Она соглашается, добавляя, что людей было больше, и клиентура моложе. Их разговор прерывает телефонный звонок. Бернард, ответив на него коротко, рассказывает жене, что это был Франсуа, он интересовался как справляется Жульен, и думают ли они оставить его. Потом, Бернард возвращается к разговору, говоря, что 20 заказов в неделю, это неплохо. Корин, улыбаясь называет ему заработанную сумму в четыре тысячи, пятьсот франков и сообщает, что теперь они могут отремонтировать бойлер. «Если ты начинаешь вот так, мы не удержим долго, наши прибыли !» – говорит Бернард.

На следующий день, Раймонд и Жозеф сидя на своей скамье, наблюдают за Бернардом. Жозеф замечает, что парижанин радостный. Раймонд говорит, что их дела отчасти хороши сейчас. «Мне интересно, сколько времени это будет продолжаться» – ворчит Жозеф.

2 Partie. Des bruits qui courent… – Слухи…

Бернард подходит к старикам, и улыбаясь приветствует их. После, он интересуется, не знают ли они хорошего сантехника, так как его бойлер нуждается в ремонте. Раймонд говорит, что следует спросить Шарля Казанова, если тот двигается до сих пор, в чём Жозеф сомневается. Бернард спрашивает, что же ему делать, ведь котёлу более двадцати лет. Жозеф говорит, что если котёл простоял двадцать лет, то почему бы ему не продержаться ещё одну зиму. Раймонд не согласен с другом, он считает, что не нужно подвергать парижан риску. Потом, советует маленького Пьера, сына Марселя, говоря, что это хороший сантехник, и он серьёзный.  Жозеф соглашается с Раймондом, добавляя к тому же, что бойлер Бернарда, был установлен отцом парня – Марселем.

В котельной, Пьер, осматривая бойлер, говорит Бернарду, что хочет хорошо его починить, но не может сказать, сколько времени это займёт. Бернард просит парня сделать ему две сметы, хотя-бы приблизительно, одну для ремонта, а другую для нового котла. Пьер отвечает, что они могут быть сделаны тотчас.

В зале кафе. Пьер закончил писать приблизительные сметы. Бернард сравнивая их, не видит огромной разницы в цене, и считает, что бойлер лучше заменить. Он спрашивает Пьера, когда тот сможет это сделать. Парень говорит, что пора заказывать котёл, что в течении десяти дней он позвонит Бернарду.

В котельной, десять дней спустя. Пьер, на вопрос Корин – долго ли он будет работать, отвечает, что до вечера. Он думал прийти раньше, но задержался на стройке. Потом спрашивает её, почему они не сказали ему, что собирались покинуть деревню. В этот момент, в котельную заходит Бернард со словами – «Покинуть деревню, кто вам рассказал это?». Пьер слышал, что их дела идут не очень, и что они хотят вернуться в Париж. «Имейте в виду, я не хочу лезть в то что меня не касается» – говорит он.  Корин возмущается услышанному и хочет знать, кто мог это наговорить. Бернард улыбаясь, успокаивает её, говоря, что это завистник, и что это хороший знак того, что их дела действительно начинают идти в гору!

После очередной серии вас как всегда ждёт GRAMMAIRE и VARIATIONS, а также рубрика — CIVILISATION с новой темой – Montréal, la ville aux deux visages.


LES PHRASES (фразы):

Dans la cuisine, Bernard est en train de préparer un plat. Corinne le regarde.

Je me demande s’il se débrouille bien, le fils de François. – Мне интересно, хорошо ли он справляется, сын Франсуа.

Pourquoi pas ? Mais va jeter un coup d’œil au café. – Почему нет ? Ну иди загляни в кафе.

Dans le café, Laura est en train d’expliquer le fonctionnement de l’ordinateur à un jeune garçon.

Tiens, regarde. – Вот, смотри.

Julien, le fils de François, s’occupe des clients. Corinne est sur le pas de porte, entre la salle de restaurant et le café.

Et voilà votre addition… – И вот ваш счёт…

Merci.

Ah, oui, je vous apporte tout de suite votre jus d’orange, Madame… Alors, un thé, une bière, ça fait 26 francs cinquante… Oh, excusezmoi, 4 euros. – Ах, да, я принесу вам тотчас ваш апельсиновый сок, мадам… Итак, чай, пиво, это 26 франков, пятьдесят… О, извините меня, 4 евро.

Un peu plus tard… Corinne fait les comptes près de la caisse. Julien est sur le point de partir.

Ça va, vous vous y faites ? Tout sest bien passé ? – Порядок, вы справились ? Всё прошло хорошо ?

Oui, ça va très bien, Madame Lemoine. Mais j’ai encore un peu de mal à ne rien oublier. – Да, всё очень хорошо, мадам Лемуан. Но я до сих пор немного забываю.

C’est normal. Mais ça viendra vite. Alors, à demain, Julien. – Это нормально. Это придёт вскоре. Итак, до завтра, Жюльен.

Au revoir, Madame.

Bernard arrive de la cuisine.

Ça a bien marché, ce soir. – Хорошая работа, сегодня вечером.

Oui, il y avait un peu plus de monde et la clientèle était plus jeune. – Да, было немного больше людей, и клиентура была моложе.

Le téléphone sonne.

J’y vais… Oui, très bien… Oui… au revoir. C’était François. Il voulait savoir comment Julien se débrouillait et si on pensait le garder. Je lui ai dit oui, bien sûr. – Я иду… Да, очень хорошо… Да… до свидания. Это был Франсуа. Он хотел знать, как Жюльен справляется, и думаем ли мы оставить его. Я сказал ему да, конечно.

Vingt couverts en semaine, cest pas mal ! – Двадцать заказов (обеденных приборов) за неделю, это не плохо !

(tout sourire) Oui, on a fait quatre mille cinq cents francs (six cent quatre vingt dix euros)… On va pouvoir faire réparer la chaudière. (с улыбкой) Да, сделали четыре тысячи, пятьсот франков (шестьсот девяносто евро)… Мы сможем отремонтировать бойлер.

Si tu commences comme ça, on ne va pas les garder longtemps, nos bénéfices ! – Если ты начинаешь вот так, мы не удержим долго, наши прибыли !

Le lendemain… Sur la place du village, Raymond et Joseph sont sur leur banc.

Il est joyeux, notre Parisien. – Он радостный, наш парижанин.

Eh oui, ses affaires sont bien parties, maintenant. – О да, его дела хороши отчасти, сейчас.

Je me demande combien de temps ça va durer. – Мне интересно, сколько времени это будет продолжаться.

Ah, ne commence pas ! – Ах, не начинай !


Bernard s’approche de Joseph et de Raymond en souriant.

Bonjour Joseph, bonjour Raymond.

Bonjour, Monsieur Lemoine.

Ah, ne m’appelez pas Lemoine. Appelez-moi, Bernard. On se connaît bien, maintenant… Dites, ma chaudière a besoin d’être réparée, vous connaissez un bon plombier ? – Ах, не называйте меня Лемуан. Зовите меня Бернард. Мы хорошо знакомы, сейчас… Скажите, мой котёл нуждается в ремонте, вы знаете хорошего водопроводчика ?

Un bon plombier, c’est difficile à trouver, hein… – Хороший водопроводчик, трудно найти, да…

On devrait demander à Charles Cazeneuve s’il se déplace jusqu’ici. – Следует спросить Шарля Казанова, если он двигается до сих пор.

De Toulon ? Oh, ben, ça m’étonnerait ! – Тулон ? О, ну, я сомневаюсь (это меня удивляет) !

Alors, qu’est-ce que je fais ? La chaudière est posée depuis plus de vingt ans. – Итак, что же мне делать ? Котёл стоит более двадцати лет.

Remarquez, si elle a tenu vingt ans, je ne vois pas pourquoi elle ne tiendrait pas un hiver de plus. – Заметьте, если он простоял 20 лет, я не вижу, почему он не продержится ещё одну зиму.

Il ne faut pas qu’ils prennent de risque. Mais, j’y pense, il y a le petit Pierre, le fils de Marcel. C’est un bon plombier et il est sérieux. – Не нужно чтобы они подвергались риску. Но, я думаю, есть маленький Пьер, сын Марселя. Это хороший сантехник и он серьёзный.

Eh oui, il a raison. Justement, votre chaudière, elle a été installée par son père. – О да, он прав. Как раз, ваш бойлер, он был установлен его отцом.

Près de la chaudière, Bernard et Pierre discutent.

Moi, je veux bien la réparer, mais je ne peux pas vous dire combien de temps ça tiendra. – Я хочу хорошо его починить, но я не могу вам сказать сколько времени это займёт.

Est-ce que vous pouvez me faire deux devis, même approximatifs, un pour la réparation, un autre pour la nouvelle chaudière ? – Вы бы смогли сделать мне две сметы, даже приблизительно, одна для ремонта, другая для нового котла ?

Ils peuvent être faits tout de suite, si vous voulez. – Они могут быть сделаны тотчас, если вы хотите.

D’accord. Venez vous asseoir. Vous serez mieux. – Согласен. Присядьте. Вам будет лучше.

Dans la salle du café, Pierre termine de rédiger les devis.

Tenez. Voilà vos devis, à quelque chose près. – Возьмите. Вот ваши сметы, что-то приблизительное.

Bernard prend les devis et les regarde.

Je me demande ce qui est le mieux. Il n’y a pas une énorme différence de prix… Il vaut mieux la changer, je crois. Vous pouvez le faire quand ? – Мне интересно что лучше всего. Не существует огромной разницы в цене… Лучше его заменить, я считаю. Когда вы можете его сделать ?

Oh, le temps de la commander… Disons dans une dizaine de jours. Je vous téléphonerai. – О, пора его заказать… Скажем, в течении десяти дней. Я вам позвоню.

D’accord.

Dans le local de la chaudière, dix jours plus tard.

Vous en aurez pour longtemps ? – Вы будете надолго ?

Jusqu’à ce soir. Je pensais venir plus tôt, mais j’ai été retenu sur un chantier. Dites, pourquoi vous ne m’avez pas dit que vous alliez quitter le village ? Ça ne valait peut-être pas la peine de changer la chaudière. – До вечера. Я думал прийти раньше, но я задержался на стройке. Скажите, почему вы не сказали мне, что собирались покинуть деревню ? Это не может не стоить замены котла.

Quitter le village. Qui vous a raconté ça ? – Покинуть деревню. Кто вам рассказал это ?

J’ai entendu dire que vos affaires ne marchaient pas très fort et que vous vouliez remonter à Paris. Remarquez, moi, je ne veux pas me mêler de ce qui ne me regarde pas. – Я слышал что ваши дела идут не очень, и что вы хотите вернуться в Париж. Имейте в виду, я не хочу лезть в то что меня не касается.

Bernard arrive.

Quitter le village ! J’aimerais bien savoir qui peut raconter ça. – Покинуть деревню ! Я бы хотела знать кто мог наговорить это.

(souriant) Un jaloux ! C’est bon signe, c’est que nos affaires commencent vraiment à bien marcher ! – ( улыбаясь) Завистник ! Это хороший знак того, что наши дела действительно начинают идти в гору !


LES EXERCICES À LA VIDEO (упражнения к видео):

  1. Observez et faites des hypothèses.

Visionnez sans le son.

1   Qu’est-ce que Bernard est en train de préparer ?

 Des légumes.  b   Une sauce.  c   De la viande.

2   Que fait Laura dans le café ?

3   Pourquoi Corinne vient-elle dans le café ?

4   Combien y a-t-il de clients ? Qui sert ? Que peut-on en déduire ?

 Corinne voulait changer le café. Vous vous souvenez de ses souhaits ? Est-ce qu’ils se réalisent ?

6   Qu’est-ce que l’on voit près de la machine à calculer de Corinne ? Est-ce que la soirée a été bonne ?

7   Quelle attitude Bernard a-t-il avec Corinne ? Il semble :

     a   indifférent ;  b   en colère ;  c   complice.

8    Joseph fait de grands gestes. Est-ce qu’il se dispute avec Raymond ? De quoi parle-t-il ? Imaginez leur dialogue.

  1. Mettez en ordre.

Visionnez avec le son.

1   Bernard parle au téléphone.

2   Laura et Bernard se séparent en riant.

3   Corinne regarde Julien servir au café.

4   Julien prend son manteau au moment où Bernard sort de la cuisine.

 Joseph s’assoit sur le banc à côté de Raymond.

6   Corinne et Bernard sont dans la cuisine.

7   Corinne est en train de faire les comptes. Bernard est accoudé en face d’elle.

  1. Vérifiez vos hypothèses.

Trouvez dans les dialogues les répliques qui vérifient (ou contredisent) vos hypothèses aux questions 3, 7 et 8 de l’exercice 1.

  1. Qu’a fait Julien ?

Julien s’est occupé de trois tables.

1   Qu’est-ce qu’il apporte à la première table ?

2   Que dit-il aux clients de la deuxième table ?

3   Qu’ont pris les clients de la troisième table et combien ont-ils à payer ?

  1. Comment est-ce qu’ils l’expriment ?

Trouvez dans le dialogue une façon d’exprimer :

1   une marque d’inquiétude ;

2   une marque d’intérêt ;

3   une remarque ironique ;

 une marque d’irritation.

  1. Quelles sont leurs expressions ?

Regardez les photos. Décrivez les expressions et/ou les gestes. Dites ce que ça signifie et ce que les personnages disent ou ce qu’ils peuvent penser.

 5

  1. Observez et faites des hypothèses.

Visionnez sans le son.

1   Quel est le problème de Bernard ? Qu’est-ce qu’il demande à Joseph et à Raymond ?

2   Qui est le jeune homme avec Bernard ? Où sont-ils ? Pourquoi ?

3   Qu’est-ce que le jeune homme donne à Bernard ?

4   Où sont Corinne et le jeune homme dans la dernière séquence ?

5   Le jeune homme dit quelque chose qui a l’air d’étonner Bernard et Corinne. Imaginez ce que cela peut être.

  1. C’est dans le dialogue.

Visionnez avec le son. Répondez aux questions.

1   Depuis combien de temps la chaudière est-elle installée ?

2   Où habite Charles Cazeneuve ?

3   Quelles sont les qualités de Pierre ?

 Par qui la chaudière a-t-elle été installée ?

5   La chaudière va-t-elle être réparée ou changée ?

6   Qu’est-ce qu’on raconte dans le village ?

  1. Retrouvez les répliques.

Quelles sont les répliques qui montrent :

1   que Bernard se sent de plus en plus accepté et intégré dans la vie du village ?

2   que Joseph est toujours pessimiste ?

3   que Bernard fait attention à l’argent ?

4   que le plombier est honnête et discret ?

 que des gens du village sont jaloux ?

  1. Comment est-ce qu’ils l’expriment ?

À quels actes de parole correspondent les répliques suivantes ?

1   De Toulon ? Oh ben, ça m’étonnerait !

2   Il ne faut pas qu’ils prennent de risque.

3   Est-ce que vous pouvez me faire deux devis ?

4   Un jaloux ! C’est bon signe…

  1. Vous en souvenez-vous ?

Répondez aux questions.

 Qui est Julien ?

2   Pourquoi est-il chez Bernard et Corinne ?

3   Combien d’argent les Lemoine ont-ils reçu au cours de la soirée ?

4   Qu’est-ce que Corinne veut faire de cet argent ?

5   À qui s’adresse Bernard pour avoir l’adresse d’un bon plombier ?

6   Est-ce que Pierre est de la région ?

7   Pourquoi Bernard choisit-il de faire changer la chaudière ?

 Qu’est-ce que Pierre a entendu dire ?

9   Comment régit Bernard ? Et Corinne ?

  1. Regardez les photos.

Observez les expressions et les gestes de Joseph, de Raymond, de Bernard et de Corinne et décrivez-les. Dites ce qu’ils signifient et retrouvez les répliques qui les ont provoqués.

5a


GRAMMAIRE (грамматика + упражнения):

L’interrogation indirecte

  • Rappel

Pour introduire une question au discours indirect, on emploie (se) demander, chercher à savoir… + mot interrogatif Joseph : « Combien de temps ça va durer ? »

Joseph demande combien de temps ça va durer.

!   Est-ce que devient si : François (se) demandait si Julien se débrouillait bien.

!   Qu’est-ce qui devient ce qui et qu’est-ce que devient ce que : Il veut savoir ce qui se passe.

  • La concordance des temps dans l’interrogation indirecte

– Les règles de concordance des temps du discours indirect s’appliquent aussi à l’interrogation indirecte : « Tes affaires marchent bien ? »

Il lui a demandé si ses affaires marchaient bien.

– De même, les pronoms personnels, les adjectifs possessifs et les adverbes de temps du discours direct sont transposés : « Qu’est-ce que tu vas faire à Nice avec tes amis demain ? »

Elle/il voulait savoir ce qu’il/elle allait faire à Nice avec ses amis le lendemain.

Les phrases impératives dans le discours indirect

Pour transposer une phrase impérative au discours indirect on emploie :

demander de + infinitif ( si celui qui rapporte le discours est le même que celui qui donne l’ordre ou le conseil) : « Appelez-moi Bernard. »

– Je vous demande de m’appeler Bernard.

– demander que + subjonctif (si celui qui donne l’ordre ou le conseil) :

Lemoine demande qu’on l’appelle Bernard. Bernard demande que Pierre lui fasse deux devis.

Demander à + infinitif

Pour demander une permission : demander à + infinitif :

Je peux partir ? Il demande à partir.

Vous me permettez d’entrer ? Il demande à entrer.

  • Emploi

Avec la transformation passive, on peut :

– mettre en valeur l’objet de l’action qui devient sujet et occupe alors la première place ;

– insister sur l’auteur de l’action (l’agent) introduit par la préposition par :

La chaudière a été installée par Pierre (et pas par un autre) ;

– supprimer l’agent s’il n’est pas important : La chaudière a été installée. (= On a installé la chaudière.)

!   Après les verbes pouvoir, devoir, vouloir, c’est l’infinitif qui se met au passif :

Les devis peuvent être faits tout de suite, si vous voulez.

!   Les verbes pronominaux ne peuvent pas se mettre au passif.

5b


  1.  Demander de + infinitif.

Corinne donne des conseils à Julien. Transposez ces conseils au discours indirect. Transformez les pronoms si nécessaire.

Exemple : Vous servirez au café. – Corinne lui demande de servir au café.

1   Soyez aimable avec les clients.

2   Notez bien ce qu’on vous dit.

 Ne vous trompez pas en rendant la monnaie.

4   N’oubliez pas les commandes.

5   Vous viendrez me voir si vous avez un problème.

  1. Rapportez cette conversation.

Introduisez les questions avec je lui ai demandé, j’ai voulu savoir et les réponses par il/elle a répondu, il/elle a répliqué…

 Tu vas chez le docteur ?

2   Eh oui, je vais y passer des heures, comme d’habitude !

 Qu’est-ce que le docteur va te dire ?

 Il va me dire que je n’ai rien.

5   Tu y vas pour faire plaisir à ta femme.

 C’est vrai. Elle me dit d’y aller régulièrement.

  1. Demander que + subjonctif ou demander + mot interrogatif + indicatif.

Exemple :  Un passant (à un agent) : Comment est-ce qu’on va au Louvre ?

                  – Le passant demande comment on va au Louvre.

1   Un passant (à un chauffeur de taxi) : Conduisez-moi à la Défense, s’il vous plaît.

2   Un voyageur (à un chauffeur d’autobus) : Est-ce que nous sommes bien à la station Saint-Michel ?

 Une cliente (à une vendeuse) : Combien coûte la robe rouge qui est dans la vitrine, s’il vous plaît ?

4   Un client (au marchand de chaussures) :

Apportez-moi ces chaussures, en noir, pointure 41, s’il vous plaît.

5   Un client (à une secrétaire) : Veuillez m’annoncer à votre directeur.

  1. Demander à ou demander que ?

Transformez et choisissez la bonne construction.

Exemple : Je voudrais changer de table. – Il demande à changer de table.

    Vous pouvez m’apporter l’addition ? – Il demande qu’on lui apporte l’addition.

1   Montrez-moi le menu, s’il vous plaît.

2   Je voudrais voir la carte des vins.

3   Apportez-moi du pain, s’il vous plaît.

4   Redonnez-moi un peu de légumes, voulez-vous ?

5   Je peux changer de dessert ?

  1. Qu’est-ce qu’ils demandent ?

Transformez ces phrases.

Exemple : Je peux utiliser l’ordinateur ? – Il demande à utiliser l’ordinateur.

                        Julien se débrouille bien ? – Il demande si Julien se débrouille bien.

1   Julien, tu peux t’occuper des clients ?

2   Tu peux préparer l’addition de la table 6 ?

3   Est-ce que vous allez garder Julien ?

4   Bernard, je peux me servir de ton téléphone ?

5   Vous pouvez m’apporter une carafe d’eau ?

  1. Ça a été fait !

Transformez au passif en pensant à l’accord des participes passés.

Exemple :  On devait informer nos lecteurs !

– Mais… nos lecteurs ont été informés.

1   Nous devions montrer les images de cet accident !

2   Il fallait commenter cette nouvelle !

3   On devait interroger les témoins !

 Je voulais qu’on publie leurs témoignages !

5   Il fallait trouver les causes de cet accident !

  1. Racontez au passif.

Vous avez gagné un concours organisé par une ville du Québec et vous avez été invité(e) à y séjourner huit jours avec une autre personne. Racontez comment ça s’est passé.

Exemple :  On nous a très bien reçu(e)s.  – Nous avons été bien reçu(e)s.

1   Quelqu’un nous attendait à l’aéroport.

2   On nous a conduits dans un bon hôtel.

 Le maire nous a reçus à l’hôtel de ville.

 Il nous a présenté les personnalités de la ville.

5   On a inauguré l’exposition.

6   On a organisé un diner en notre honneur.


VARIATIONS (варианты):

Montrer son intérêt

1   – Ça va, vous vous y faites, tout s’est bien passé ?

– Oui, oui, ça va très bien, Madame Lemoine.

2   – Ça n’a pas été trop difficile ?

– Au début, un peu, mais maintenant ça va.

3   – Comment vous vous en sortez ? Pas trop dur ?

– Non, non, on s’y fait vite.

 – Ça a bien marché ?

– Oui, ça a été.

Encourager quelqu’un

1   Oui, c’est normal. Mais ça viendra vite.

2   Ne vous en faites pas, vous apprendrez vite.

3   Je vous fais confiance, vous y arriverez.

4   Je ne me fais pas de soucis pour vous.

Se féliciter

1   Ça a bien marché, ce soir.

 On n’a pas à se plaindre, ce soir.

3   On ne pouvait pas faire mieux, ce soir.

 Si ça pouvait toujours marcher comme ça…

Ne pas s’occuper des affaires des autres

1   Remarquez, moi, je ne veux pas me mêler de ce qui ne me regarde pas…

2   C’est vous que ça regarde, hein…

3   Vous savez, ce n’est pas mon problème…

4   Je vous dis ça, mais ce ne sont pas mes affaires…


CIVILISATION (цивилизация):

Montréal, la ville aux deux visages

5c
Le Saint-Laurent. / Château Frontenac.

Avec ses trois millions d’habitants, Montréal est la plus grande ville francophone après Paris. Elle est située sur l’estuaire du Saint-Laurent par où sont arrivés les explorateurs français au XVI siècle.

C’est une ville où tout est double, deux drapeaux, deux langues, double affichage, journaux dans les deux langues, double système bancaire, deux universités, l’anglophone Mac Gill et l’Université du Québec à Montréal, la francophone.

Le boulevard Saint-Laurent est la frontière entre la partie est, majoritairement francophone.

La devise, « Je me souviens », rappelle la découverte du Québec par les Français.

Nous sommes dans les bâtiments du groupe Desjardins, au cœur du pouvoir financier francophone.

Pour les Canadiens de langue française, le nombre 101 est un nombre magique. C’est celui de la loi qui impose que les affichages soient tous faits en deux langues, avec l’obligation d’inscrire le français en premier dans les affichages publics.

À la bourse, si les transactions se font en anglais, les employés, eux, communiquent en français.

Et les nouveaux immigrants reçoivent gratuitement des cours de français.

Dans les écoles, les élèves anglophones apprennent le français.

Les cafés sont des basions de la culture française et chanteurs et écrivains maintiennent les traditions populaires.

Dans cette ville du XXI siècle, un Canadien sur deux est bilingue.

  1. Repérez.

Avant de visionner le reportage, lisez les phrases suivantes. Puis, visionnez sans le son et notez ce que vous voyez écrit à l’écran.

1   Notre ville dit non !

2   Québec, la ville aux mille visages.

3   Les yeux en amande – le cœur québécois.

4   Produits et services Desjardins.

5   Soyez les bienvenus au Québec.

 Ça vous profite directement.

7   Université du Québec à Montréal.

8   Banque Nationale du Québec.

9   Caisse populaire – services automatisés.

10   Pépites de chocolat.

  1. Qu’est-ce que vous avez vu ?

Visionnez le reportage avec le son. Mettez dans l’ordre ce que vous avez vu.

1   a   Des journaux.  b   Des gratte-ciel.  c   Des classes de français.

     d   Des sigles de banque.   Des affiches.  f   Des universités.

     g   Des employés à la bourse.  h   Des chanteurs.

      i   Le boulevard qui sépare les parties francophone et anglophone.

2   Qu’avez-vous vu d’autre ?

  1. Qu’est-ce que ça signifie ?

 Que rappelle la devise Je me souviens ?

2   Que signifie le nombre 101 ?

3   Quels sont les deux visages de Montréal ?

4   Pourquoi a-t-on choisi de montrer des images du groupe Desjardins ?

5   Pourquoi donne-t-on des cours de français gratuits aux immigrants ?

Комментировать

One thought on “Reflets 2 — Épisode 05

Добавить комментарий

Ваш e-mail не будет опубликован. Обязательные поля помечены *