Reflets 2 — Épisode 11

Смотреть бесплатно сериал — курс французского языка Reflets 2. Серия 11 :

Чтобы открыть нужную вам рубрику, жмите + Закрыть –

DESCRIPTION LA SÉRIE (описание серии):

1 Partie. Le marché à la brocante Блошиный рынок

Ницца. Коринн и Бернард прогуливаются по блошиному рынку. Коринн говорит, что рада окончанию истории соперничества, о которой так много говорилось. Бернард признаётся жене что находит Дюваля не злым, а скорее симпатичным, что Дюваль даже обещал сделать ему сюрприз. «Он тебе уже сделал один!» — говорит Коринн. Они замечают картину за одним из прилавков, и делают на счёт неё некоторые комментарии. Из разговора Бернард понимает, что у Коринн есть некоторые идеи, он просит её рассказать о чём она думает.

Они возобновляют свою прогулку, продолжая дискуссию. Коринн берет его за руку и говорит, что художник, о котором она ему рассказывала, он ей звонил. Он спрашивал, могут ли они выставить некоторые из его работ в зале ресторана. Она ответила ему что они постараются организовать небольшую выставку с вернисажем, в которой примут участие друзья и клиенты. Бернард спрашивает — когда планируется вернисаж. Коринн отвечает, что через три недели.

2 Partie. Un amateur éclairé Знаток

На деревенской площади, Бернард пытается завести машину, но без успеха. Раймонд и Жозеф наблюдают за ним. Жозеф полагает что у него проблемы с аккумулятором. Раймонд возражает говоря, что это не может быть аккумулятор, так как стартер работает. «Тогда, вероятно это свечи» – говорит Жозеф. Они подходят к Бернарду и предлагают свою помощь. Бернард не знает в чём дело, ведь вчера вечером с машиной было всё в порядке. «Это не могло произойти из-за плохой подачи топлива?» – спрашивает Жозеф, полагая что это вещь, о которой нужно думать всегда. Но Бернард не может разобраться, он просто осматривает свой автомобиль. Жозеф продолжает – «ну, это как у людей. Один день мы в хорошем здравии, а на следующий…». Раймонд говорит другу, чтобы тот прекратил свои рассказы, так как это не поможет Бернарду. Бернард должен был ехать за картинами для вернисажа, который состоится этим вечером.

На площадь подъезжает Патрик Дюваль на своём автомобиле. Бернард жалуется другу что его машина не хочет трогаться с места, а ему нужно ехать за картинами. Патрик говорит – «к счастью, что я проезжал мимо!», и предлагает Бернарду поехать за картинами вместе.

В кафе, Себастьян (художник) показывая на одну из своих работ говорит, что эта картина является первой из его новой серии. Он предлагает посетителям выразить свои чувства, и высказать свои воображения по поводу неё. Жозеф, смотря на картину, немного отступив назад, произносит – «Для меня, это огромные волны мыса Горн, когда солнце встаёт… что отражаются в воде. Это выглядит как фейерверк!» Себастьян в восторге от услышанного, говоря, что Жозеф прекрасно передал то что он хотел выразить. Все присутствующие в зале удивлённо и с восхищением смотрят на Жозефа.

После очередной серии вас как всегда ждёт GRAMMAIRE и VARIATIONS, а также рубрика — CIVILISATION с новой темой – La ruée vers l’or blanc.


LES PHRASES (фразы):

À Nice. Bernard et Corinne marchent sur le cours Saleya où se marché à la brocante.

Je suis heureuse que cette histoire de rivalité dont on a trop parlé soit terminée. – Я рада что эта история соперничества, о которой слишком долго говорилось, закончилась.

Moi aussi. Il n’est pas méchant, ce Duval. Il est même plutôt sympathique. Il ne savait plus quoi faire pour se racheter. Il m’a même promis de me faire une surprise. – Я тоже. Он не злой, этот Дюваль. Он скорее симпатичный. Он не знал, что ещё сделать, чтобы искупить свою вину. Он мне даже обещал сделать сюрприз.

Il ten a déjà fait une ! – Он тебе сделал уже один!

Oh, allez ! Pas de mauvais esprit. – О, давай без злого умысла.

Tu as raison… — Ты прав…

Corinne et Bernard voient un tableau sur un étal de brocanteur et font quelques commentaires.

Oh… Tu aimes les mélanges de couleur de ce tableau ? – О… Тебе нравятся смешение цвета на этой картине?

Ça me paraît un peu criard.  – Это кажется мне немного ярким.

Je ne suis pas tout à fait d’accord, mais c’est vrai, je n’aime pas ces grosses taches jaune citron et ces grands coups de pinceau marron. Il y a pourtant de bons peintres, hein, dans la région. – Я не во всём согласна, но это правда, мне не нравятся эти большие жёлто-лимонные пятна и эти большие коричневые мазки. Тем не менее, в этом регионе есть хорошие художники.

Dis donc, tu naurais pas une idée derrière la tête par hasard ? – Скажи-ка, не закралась ли у тебя одна идея в голове, случайно?

Oh, jen ai plus dun— Ох, у меня больше одной…

D’accord. Mais, tu pourrais me dire à quoi tu penses. – Ладно. Но ты могла бы мне сказать о чём ты думаешь.

Ils reprennent leur promenade tout en continuant la discussion.

Tu sais, le peintre dont je tai parlé, il ma téléphoné. – Ты знаешь, художник о котором я тебе говорила, он мне звонил.

Lequel ? Tu m’as parlé de deux peintres. – Который ? Ты говорила мне о двух художниках.

Celui dont tu trouves la peinture assez difficile à comprendre. – Тот, чьи картины ты нашёл довольно трудными в понимании.

Ah, oui… Qu’est-ce qu’il voulait ? А, да… Что он хотел?

Oh, il m’a demandé si on pouvait exposer quelques-unes de ses toiles dans la salle du restaurant. — О, он спросил меня, можем ли мы выставить некоторые из его картин в зале ресторана.

Hum… Et qu’est-ce que tu lui as répondu ? – Хм… И что ты ему ответила?

Je lui ai dit que… on essaierait d’organiser une petite exposition, avec un vernissage auquel assisteraient nos amis et nos clients. Et, en plus, on pourrait peut-être utiliser les listes d’invitation du syndicat d’initiative. Mais, bien sûr, je voulais ten parler avant. – Я сказала ему, что… постараемся организовать небольшую выставку с вернисажем, в которой примут участие наши друзья и клиенты. И, ещё, может быть мы могли бы использовать пригласительные списки от синдиката. Но, конечно, я хотела сказать тебе прежде.

Bien sûrAlors, il est prévu pour quand, ce vernissage ? – Конечно… Итак, когда он планируется, этот вернисаж?

Corinne lui prend le bras et le regarde d’un air complice.

Dans trois semaines… si tu veux bien… – Через три недели… если ты желаешь…


Sur la place du village, Bernard essaye de faire démarrer sa voiture, sans succès. Raymond et Joseph le regardent.

Il doit avoir des problèmes de batterie. – Должно быть у него проблемы с аккумулятором.

Ça ne peut pas être la batterie puisque le démarreur fonctionne. – Это не может быть аккумулятор, так как стартер работает.

Alors, c’est probablement les bougies. – Тогда, вероятно это свечи.

Bernard sort de la voiture et ouvre le capot. Il inspecte le moteur, touche deux ou trois choses. Raymond et Joseph s’approchent de lui.

Vous avez un problème ? On peut vous aider ? – У вас проблема? Можем ли мы вам помочь?

Je ne sais pas ce qui se passe. Elle marchait bien hier soir. – Я не знаю, что происходит. Он работал вчера вечером.

Ça ne serait pas l’arrivée d’essence qui se ferait mal ? C’est une chose à laquelle il faut toujours penser. – Это не случилось из-за плохой подачи топлива? Это вещь, о которой нужно думать всегда.

Je ne comprends pas. Je viens de faire réviser ma voiture ! – Я не разбираюсь. Я просто осматриваю свой автомобиль!

Eh, c’est comme pour les gens. Un jour on est en bonne santé, et le lendemain…

— Ну, это как у людей. Один день мы в хорошем здравии, а на следующий…

Arrête, ça ne va pas aider Bernard, tes histoires. Mais, dites, ce n’est pas aujourd’hui, votre… vernissage ? – Прекрати, это не поможет Бернарду, твои рассказы. Но, скажите, не сегодня ли ваш вернисаж?

Mais si, justement. J’allais chercher les tableaux. – Ну да, именно так. Я собирался за картинами.

Une autre voiture s’arrête à la hauteur de celle de Ber nard. Patrick Duval en descend et s’approche.

Des problèmes, Bernard ? – Проблемы, Бернард?

Oui. Ma voiture ne veut pas démarrer et je dois aller chercher des tableaux. – Да. Мой автомобиль не хочет трогаться с места, а я должен ехать за картинами.

Eh ben, heureusement que je passais par-là, hein ! Allez, viens. On va les chercher ensemble, tes tableaux. – Ну, к счастью что я проезжал мимо! Давай, идём. Будем искать вместе, твои картины.

Dans la salle du café, quelques personnes sont en train de regarder les tableaux exposés. Laura offre des gâteaux sur un plateau. Sébastien, l’artiste peintre, explique ses nouvelles recherches.

Ce tableau est le premier de ma nouvelle série. Ce que je voudrais, c’est que les visiteurs expriment ce qu’ils ressentent et qu’ils laissent parler leur imagination, vous comprenez ? – Эта картина является первой из моей новой серии. То, что я хотел бы, это чтобы посетители выразили что они чувствуют, и чтобы они высказали свои воображения, вы понимаете?

Personne n’ose donner son interprétation. Joseph prend du recul.

Pour moi, c’est les énormes vagues du cap Horn, quand le soleil se lève… et que la lumière se reflète sur l’eau. On dirait un feu dartifice ! – Для меня, это огромные волны мыса Горн, когда встаёт солнце… что отражаются в воде. Это выглядит как фейерверк!

C’est ça, c’est tout à fait ça. Cher monsieur, vous avez parfaitement traduit ce que j’ai voulu exprimer ! – Это так, совершенно верно. Дорогой месье, вы прекрасно передали то что я хотел выразить!

Tout le monde regarde Joseph, surpris et admiratif.

Eh bien, Joseph ! Eh bien, ça, alors ! – Ну, Жозеф! Вот это да!


LES EXERCICES À LA VIDEO (упражнения к видео):

  1. Observez et faites des hypothèses.

Regardez les photos et visionnez sans le son.

1   Où Bernard et Corinne se promènent-ils ?

2   Décrivez le tableau (couleur, sujet) qu’ils regardent.

3   Corinne regarde une première fois le tableau, puis une deuxième. Remarquez le changement de son expression. Qu’est-ce que cela signifie ?

4   Lequel des deux personnages semble mener la conversation ?

5   Quel peut être le sujet de leur discussion ?

     a   Laura.

     b   Le restaurant.

     c   Un projet pour le café.

     b   Patrick Duval.

р 11

  1. Ça s’est passé comment ?

Dites si les affirmations sont vraies ou fausses. Rétablissez la vérité.

1   Bernard et Patrick Duval ne sont pas réconciliés.

2   Bernard aime le tableau que Corinne lui montre.

3   Corinne a changé d’avis en ce qui concerne ce tableau.

4   Corinne a reçu un coup de téléphone d’un peintre que Bernard apprécie beaucoup.

5   Elle a refusé d’exposer ses tableaux au restaurant.

6   Un vernissage doit avoir lieu dans trois semaines.

  1. Trouvez les répliques précédentes.

Visionnez avec le son. Qui dit ces phrases ? Trouvez les répliques qui les ont provoquées.

1   Moi aussi. Il n’est pas méchant ce Duval. Il est même plutôt sympathique.

2   Oh, allez ! Pas de mauvais esprit.

3   Celui dont tu trouves la peinture assez difficile à comprendre.

4   Hum… Et qu’est-ce que tu lui as répondu ?

  1. Qu’en pensez-vous ?

1   Observez les gestes, les regards, les changements de physionomie de Corinne. Comment définiriez-vous son attitude envers Bernard ? (Plusieurs réponses sont possibles.)

 Tendre.  b   Douce.  c   Agressive.  d   Indifférente.  e   Distraite.  f   Suppliante.  g   Charmante.  h   Convaincante.  i   Complice.  j   Amoureuse.

 Quelles sont l’expression et l’attitude de Bernard sur la dernière image ? Dites ce qu’il peut penser.

  1. Comment est-ce qu’ils l’expriment ?

Trouvez dans le dialogue :

1   un désaccord atténué ;

2   une appréciation négative ;

3   une suggestion ;

4   une demande d’autorisation.


  1. Observez et faites des hypothèses.

Visionnez sans le son.

Première séquence.

1   Quel est le problème ?

2   Qui arrive en voiture ?

3   Qu’est-ce que Patrick Duval propose à Bernard ?

 Pourquoi Bernard a-t-il absolument besoin d’une voiture ?

Deuxième séquence.

5   Qu’est-ce qui se passe ?

6   Qui est le monsieur avec les cheveux blancs près du tableau ?

7   Qu’est-ce qu’il fait ?

8   Décrivez le tableau.

9   Que fait Joseph ?

  1. Qui dit quoi ?

Qui dit la réplique suivante ? Quelle est-elle ?

Joseph : Il doit avoir des problèmes de batterie.

Bernard : Je ne sais pas ce qui se passe. Elle marchait bien hier soir.

Joseph : Eh, c’est comme pour les gens. Un jour on est en bonne santé, et le lendemain…

Raymond : Mais, dites, ce n’est pas aujourd’hui, votre… vernissage ?

  1. Le tableau.

1   Que représente ce tableau pour le peintre ?

2   Qu’est-ce qu’il souhaiterait que les visiteurs fassent ?

3   À quoi Joseph compare-t-il le sujet du tableau ?

4   À quelle région du monde fait-il allusion ?

5   Que pense le peintre de cette interprétation ?

  1. Comment est-ce qu’ils l’expriment ?

Imaginez des expressions équivalentes et dites à quels actes de parole elles correspondent.

 Vous avez un problème. On peut vous aider ?

2   Eh ben, heureusement que je passais par-là !

3   C’est ça, c’est tout à fait ça.

4   Eh bien, Joseph ! Eh bien, ça alors !

  1. Vous en souvenez-vous ?

Mettez ces événements dans l’ordre. Ajoutez ceux qui manquent et faites un résumé de l’épisode. Décrivez le cours Saleya, l’ambiance, les rapports entre Corinne et Bernard. Parlez de l’exposition, de Joseph et de la réaction de ses amis.

a   Bernard n’a pas aimé le tableau que lui montrait Corinne.

b   Corinne et Bernard se sont promenés sur le cours Saleya.

c   Bernard est tombé en panne de voiture le jour du vernissage.

d   Le vernissage a eu lieu au café.

e   Joseph a surpris tout le monde.

11. Qu’est-ce que ça veut dire ?

Décrivez les gestes et les expressions des personnages. Dites ce qu’ils expriment. Souvenez-vous de ce qui les a provoqués. Imaginez ce que pensent les personnages.

р 11 а


GRAMMAIRE (грамматика + упражнения):

La modalisation

  • Il travaille est la simple constatation d’un fait. Mais celui qui parle peut présenter ce fait de différentes manières selon ce qu’il sent ou ce qu’il pense. Il peut modifier le sens, il peut nuancer ses points de vue, il peut modaliser. Il peut, par exemple, exprimer les appréciations suivantes :

Il sait travailler. (Compétence.)

Il travaille bien/mal. (Qualité.)

Il travaille mieux que les autres. (Comparaison.)

Il se pourrait qu’il travaille. (Probabilité.)

Ça m’étonnerait qu’il travaille. (Doute.)

Il est possible qu’il travaille. (Possibilité.)

Il est évident qu’il travaille. (Certitude.)

Il faut qu’il travaille. (Obligation.)

  • Cinq procédés principaux permettent de modifier le sens :

– des verbes dits modaux : savoir, devoir, pouvoir, vouloir suivis de l’infinitif ;

– le conditionnel ;

– des adverbes : bien/mal/trop/peut-être/plus/moins… ;

– des constructions impersonnelles : il est probable, il est possible, il est évident que… ;

l’intonation.

Les adjectifs de couleur

  • Généralement, les adjectifs de couleur se placent après le nom qu’ils qualifient et s’accordent en genre et en nombre avec lui : Des taches jaunes.
  • Mais l’adjectif de couleur est invariable si c’est un nom de plante, de fleur ou de fruit (marron, orange, cerise, abricot, citron…) ou s’il est lui-même qualifié par un autre adjectif (gris foncé, jaune abricot, rose clair, jaune citron, vert olive…) :

Des chaussures marron, des taches jaune citron, une robe bleu ciel, des portes vert olive.

Les pronoms relatifs

  • Qui remplace un sujet ou, s’il est précédé d’une préposition, un COI : C’est la personne à qui il a parlé.

Que remplace un COD, un complément de lieu ou de temps : C’est la peinture que j’ai achetée. C’est l’heure il vient d’habitude.

  • Le relatif dont remplace de + nom : Je t’ai parlé de ce peintre.

C’est le peintre dont je t’ai parlé…

Le pronom relatif lequel et ses composés

  • Lequel prend les marques du genre et du nombre du nom qu’il remplace.
masculin féminin
singulier

pluriel

lequel

lesquels

laquelle

lesquelles

  • Avec à et de, on obtient les combinaisons suivantes : auquel, à laquelle, auxquels, auxquelles duquel, de laquelle, desquels, desquelles

C’est une chose à laquelle il faut toujours penser.

On organise un vernissage auquel assisteront nos amis et nos clients.

! Ne pas confondre avec lequel, pronom interrogatif.

De ces deux maisons, laquelle est-ce que tu préfères ?


  1. Entre la certitude et le doute.

Dans cet article sur les élections au Parlement européen, relevez les procédés utilisés par le journaliste pour ne pas affirmer comme certains des faits qui n’ont pas été confirmés.

La liste PS (1) aux élections européennes devancerait aujourd’hui de 6 points la liste RPR (2) – DL (3), selon un sondage Ipsos (4) à paraître demain dans Le Point. On pense que ces deux listes obtiendraient respectivement 24 % et 18 % des intentions de vote dans l’hypothèse où plusieurs petits partis présenteraient des candidats. Il y a des chances pour que la liste PCF (5) obtienne 9 %. Il est d’autre part probable que la liste UDF (6) n’atteindra pas la barre des 10 % et que les Verts devront vraisemblablement se contenter de 7 à 8 % des voix.

1   PS : Parti socialiste.

2   RPR : Rassemblement pour la république.

3   DL : Démocratie libérale.

4   IPSOS : Institut de sondage.

5   PCF : Parti communiste français.

6   UDF : Union pour la démocratie française.

  1. Expression de la certitude.

Classez les expressions suivantes du plus certain au moins certain.

1   Il paraîtrait que…

2   Il est évident que…

3   Il est presque certain que…

4   On peut penser que…

5   Il y a de fortes chances pour que…

6   Je doute que…

7   Il est peu probable que…

8   Il semble que…

  1. Conserver la modalisation.

Trouvez une ou plusieurs manières d’exprimer ces actes de parole en restant le plus proche possible de la modalisation initiale.

Exemple : Elle ne fait que parler.

– Elle passe son temps à parler./Elle parle sans arrêt./Elle n’arrête pas de parler.

1   Je voudrais qu’elle ne chante plus !

2   Je doute qu’elle accepte.

3   Il n’est pas impossible qu’elle s’en aille.

 J’en serais surpris.

 Il faut faire quelque chose !

р 11 б

  1. Imaginez les couleurs.

Associez un objet de la liste avec une couleur et faites l’accord si nécessaire.

Exemple : Des yeux marron foncé.

1   Une mer

2   Des nuages

3   Des tomates

4   Des feuilles

5   Des cheveux

6   Des abricots

a   châtain clair

b   rouge

c   vert foncé

d   orange

e   gris perle

f   vert émeraude

р 11 в

  1. Complétez avec des pronoms relatifs.

Claude Monet est un des peintres… je préfère. On a exposé récemment ses séries d’impressions de Londres, tableaux… on a beaucoup parlé. Monet les a peints de 1899 à 1901, années… il a séjourné à Londres. C’est de la fenêtre d’un hôtel… il avait une chambre qu’il a peint le Parlement à toutes les heures de la journée. Monet est un grand peintre…, pendant la dernière partie de sa vie, a vécu à Giverny, …il a conçu le plus merveilleux des jardins… on peut encore admirer la composition.

  1. Le relatif lequel.

Reliez les deux phrases avec le relatif lequel.

Exemple : Regarde le tuyau. L’arrivée d’essence se fait par là.

             – Regarde le tuyau par lequel se fait l’arrivée d’essence.

1   Je te prête ce livre. J’y tiens beaucoup.

2   J’ai une invitation pour un vernissage. J’y assisterai.

3   Regarde la table. C’est sur cette table qu’on a signé notre contrat.

4   Je te présente mon amie. J’ai pris une place pour elle.

5   Tu te souviens de ces réunions ? Nous y avons participé.

  1. Les relatifs lequel, dont et .

Complétez ce texte sur Gauguin et la Bretagne avec des pronoms relatifs.

En 1886, Gauguin part pour la Bretagne, un pays vers… il se sent attiré et… il fera plusieurs séjours. C’est à Pont-Aven qu’il rencontre des peintres avec… il se lie d’amitié. La nature sauvage de la Bretagne est une inspiratrice devant… il rêve. En 1888, il fait un séjour à Pont-Aven au cours… il peint quelques-uns de ses plus beaux tableaux… Le Christ jaune.

Gauguin a peint de magnifiques tableaux dans… il communique son émotion par la couleur.


VARIATIONS (варианты):

Tenir compte de l’avis de l’autre

1   Mais, bien sûr, je voulais t’en parler avant.

2   Je ne voulais pas le faire sans t’en parler, hum.

 Il fallait que tu sois d’accord.

 J’attendais ton avis avant de le faire.

Atténuer une affirmation

1   Il doit avoir des problèmes de batterie.

 C’est sans doute la batterie.

3   Je pense que c’est à cause de la batterie.

Approuver l’opinion de quelqu’un

1   C’est ça, c’est tout à fait ça.

2   Vous m’avez très bien compris.

3   C’est exactement ce que j’ai voulu dire.

4   On ne peut pas mieux exprimer ma pensée.


CIVILISATION (цивилизация):

                                                             La ruée vers l’or blanc

Le tourisme sportif a redonné vie aux Alpes du Nord qui sont devenues la première région au monde pour la capacité d’accueil des sports d’hiver.

Les sports de neige se sont tellement développés que même un petit village savoyard comme Valmorel, au cœur du massif de la Tarentaise, s’est équipé pour offrir ses pentes aux nombreux skieurs.

Une autre façon de profiter de cette nature est de la survoler en ULM, une petite aile volante munie de skis pour se poser en douceur sur les champs de neige.

On peut également pratiquer le parapente qui vous entraîne dans les hauteurs au gré des vents.

Il n’est jamais trop tôt pour chausser des skis. Il y a peut-être de futurs champions dans ce petit groupe qui semble beaucoup apprécier sa première journée de ski.

Mais la haute montagne a d’autres visages. En hiver, ce fermier fait visiter sa ferme aux jeunes skieurs.

«Les journées commencent à cinq heures et demie puisqu’avec la traite on a des horaires à respecter. C’est-à-dire douze heures de décalage entre deux traites. On trait les vaches deux fois par jour.»

Souhaitons que l’équilibre entre vie rurale et activités touristiques soit longtemps préservé !

  1. Qu’est-ce que vous avez vu ?

1   Quels équipements de la station de Valmorel voit-on à l’écran ?

 Qui s’occupe du petit groupe d’enfants ?

3   Que découvrent les enfants dans l’étable ?

4   Que montrent leurs expressions ?

  1. La vie en montagne.

1   Décrivez un ULM et un parapente.

2   Lequel fonctionne avec un monteur, lequel avec le vent ?

 Le reportage évoque deux aspects différents de la vie en haute montagne. Lesquels ?

  1. Et dans votre pays ?

 Est-ce qu’il y a des domaines skiables ?

2   Quelle part prennent les sports de neige dans l’activité sportive en général ?

                                                      Skier en France

р 11 г
Station d’Avoriaz.

Station d’Avoriaz.

Dès le début du XX siècle, quelques villages se sont ouverts au tourisme d’été, puis timidement aux sports d’hiver. Mais il a fallu attendre les années cinquante pour voir se construire des stations d’altitude bien équipées. L’engouement était tel qu’à la fin des années soixante, on a créé des villages de béton plus ou moins esthétiques, puis ou moins chaleureux. L’important était qu’on puisse faire du ski en quittant sa chambre d’hôtel et qu’on puisse utiliser des installations puissantes : téléphériques de 200 places, télécabines allant jusqu’à 20 places, télésièges à 6 places…

Heureusement, dans les années quatre-vingt, des stations plus humaines se sont créées. Valmorel est l’une d’elles.

L’ensemble de toutes les stations de la région constitue le premier domaine skiable du monde.

Комментировать

One thought on “Reflets 2 — Épisode 11

Добавить комментарий

Ваш e-mail не будет опубликован. Обязательные поля помечены *